le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre

Marc Aurèle

Il existe un curieux paradoxe : quand je m'accepte tel que je suis, alors je peux changer.

Carl Rogers

Ne pas chercher à ne pas souffrir ni à moins souffrir, mais à ne pas être altéré par la souffrance.

Simone Weil

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être.

Henry Bauchau

Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur sous forme de destin.

C.G. jung

Le monde est un spectacle à regarder et non un problème à résoudre.

Jules de Gaultier de Laguionie

Qui se blesse soi-même ne se manque jamais.

Proverbe berbère

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Il se pourrait qu’aucune pensée, si fugitive, si inavouée soit-elle, ne passe dans le monde sans laisser de trace.

Cesare Pavese

Les troubles musculo-squelettiques en augmentation

Libération observe que selon le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire, les TMS d’origine professionnelle sont « en constante augmentation ».

Le journal parle de « réelle épidémie : à eux seuls, ils ont représenté pour 2008 près de 40 000 maladies indemnisées par la Sécu ». Le quotidien ajoute qu’« entre 11 et 15% des salariés de 20 ans à 59 ans seraient concernés, le secteur intérim étant particulièrement visé par l’InVS ».
L’Institut remarque que « plusieurs enquêtes et études permettent d’observer que les modes d’organisation du travail identifiés par les scientifiques comme délétères pour la santé des travailleurs ne semblent pas modifiées ces 10 dernières années ».
L’Humanité note aussi que « l’InVS révèle l’ampleur et la gravité des TMS ». Le quotidien parle de « douleurs quotidiennes » et cite Ellen Imbernon, directrice du département santé-travail de l’Institut.
La responsable déclare que « l’augmentation continue de la fréquence des TMS en milieu de travail devrait être considérée comme un signal fort de dysfonctionnement et de pénibilité au travail […], une alerte insuffisamment pise en compte ».

Date de la dépêche : 10 février 2010

Auteur : Laurent Frichet

Source : Libération, L’Humanité

Mentions légales