le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Faire un peu est mieux que ne rien faire. Faire un peu plus est mieux que faire un peu moins. Faire de son mieux et s'en réjouir reste l'essentiel.

Que vaut une vie qui s’oublie pour en singer une autre ?

Patrick Chamoiseau

A l'hôtel de la décision, les gens dorment bien.

Proverbe persan

Se ménager du temps est nécessaire pour l’esprit. Pour l’esprit, il faut du temps perdu

Paul Valéry

L’amitié double les joies et réduit de moitié les peines.

Francis Bacon

Etudier sans méditer est vain. Méditer sans étudier est périlleux.

Confucius

Si la moitié de nos souhaits étaient exaucés, nos soucis seraient doublés.

Benjamin Franklin

La beauté n’est que la promesse du bonheur.

Stendhal

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

Les articulations, témoins de notre santé

C’est ce que titre Le Parisien, qui explique sur une page : « Genoux, colonne vertébrale, articulations… Lorsqu’ils nous font mal, c’est aussi parfois parce que d’autres organes de notre corps ne vont pas bien ».

Le quotidien remarque ainsi : « Vous l’ignorez peut-être, mais le corps humain est ainsi fait que chacun de nos organes correspond, par les fibres nerveuses qu’il comporte, à l’une ou l’autre de nos articulations ». 
Le Parisien se penche sur le livre de Jean-Pierre Barral, kinésithérapeute et ostéopathe, « Comprendre les messages de nos articulations » (éditions Albin Michel), qui « passe chacune de ces dernières en revue. […] En près de 40 ans d’expérience, l’ostéopathe a non seulement pu établir ces liens entre nos émotions, nos comportements et nos douleurs, mais aussi démontré que les remèdes ne sont pas toujours dans les armoires à pharmacie ».
Jean-Pierre Barral remarque ainsi : « Si l’on peut soigner une articulation en traitant un problème émotionnel, on peut également traiter un problème émotionnel en soignant une articulation ».
Le Parisien relève notamment que « nos pieds sont nos racines. […] Si, au réveil, vous avez la sensation de marcher sur des aiguilles, cela est dû à un dysfonctionnement rénal, généralement lié à un manque d’hydratation et un excès de protéines. Que faire ? Boire davantage, manger moins de protéines ».
Le journal note aussi que « l’épaule n’aime pas le gras. Celle de droite est en relation avec le foie, celle de gauche avec le cœur, l’estomac et le pancréas. Un foie congestionné peut ainsi provoquer une douleur à l’épaule droite, tandis que celle qui survient dans l’épaule gauche peut annoncer un problème au pancréas. […] L’alimentation joue un rôle primordial ».

Date de la dépêche : 21 mai 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Parisien

Mentions légales