le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

De votre ami dites du bien ; de votre ennemi, ne dites rien.

Proverbe anglais

L'homme doit toujours se contenter de ce qu'il a mais pas de ce qu'il est.

William George Jordan

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

Si quelqu’un me guérit et me retire mon mal, j’entends aussi qu’il me hisse au niveau de conscience que j’aurais atteint si j’avais moi-même résolu ce que ce mal devait m’apprendre. Sinon, s’il me laisse dans le même état de conscience après m’avoir retiré mon mal, il me vole l’outil de croissance que peut être cette maladie.

Yvan Amar

Par l'attention les choses existent.

Dokhusho Villalba

La Nature, pour être commandée, doit être obéie.

Francis Bacon

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

La personne qui entre d'un côté de l'expérience méditative n'est pas la même que celle qui sort de l'autre côté.

Gunaratana

Le plaisir peut s’appuyer sur l’illusion, mais le bonheur repose sur la réalité.

Chamfort

Je ne m´attends pas à trouver un saint aujourd´hui. Si je pouvais seulement trouver un sage, je m´en contenterais.

Confucius

Déjà des maladies cardiovasculaires dans l’Egypte ancienne

Le Figaro indique que « des maladies cardiovasculaires comme l'athérosclérose existent depuis la plus haute Antiquité. Elles ne sont pas liées exclusivement au mode de vie moderne comme l'affirme un dogme médical encore bien établi ». Le journal explique en effet que « l'étude au scanner de 20 momies vieilles de 3 500 ans conservées au Musée des antiquités égyptiennes du Caire confirme qu'elles touchaient une forte proportion des hautes couches de la société ».

 « Seize de ces personnes momifiées avaient des artères aussi encrassées que nos contemporains qui mangent trop de graisse, fument, boivent de l'alcool et ne font pas d'exercice physique », note le quotidien, selon un article paru dans le Jama.
L’un des auteurs, Gregory Thomas, chercheur en cardiologie à l'Université de Californie (Etats-Unis), remarque que « cette découverte montre que nous devrions regarder au-delà des facteurs de risque moderne pour réellement comprendre cette maladie ».
Le Figaro note ainsi que ces chercheurs « ont découvert que sur les 16 [momies] qui avaient encore des artères identifiables après le processus de momification, 9 d'entre elles présentaient une calcification coronarienne. […] Plusieurs d'entre elles avaient une calcification jusque dans 6 de leurs artères ».
Le quotidien ajoute que les chercheurs « ont pu montrer que les pathologies cardiovasculaires étaient plus fréquentes en fonction des années. Sept des 8 personnes ayant dépassé 45 ans avaient de l'athérosclérose. Mais 2 des 8 anciens Égyptiens morts plus jeunes avaient eux aussi les artères encrassées ».
Le journal relève que « certes, les momies ne sont pas représentatives de l'ensemble de la population égyptienne. […] On peut néanmoins affirmer que les maladies cardio-vasculaires étaient courantes parmi l'élite de la société égyptienne il y a plusieurs millénaires ».
Le Figaro précise que « leur régime alimentaire n'a pas pu être déterminé. De nouvelles études devront essayer de déterminer ce qui a pu provoquer cette épidémie ».

Date de la dépêche : 19 novembre 2009

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales