le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L’origine de toute joie en ce monde est la quête du bonheur d’autrui.
L’origine de toute souffrance en ce monde est la quête de son propre bonheur.

Shantideva

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

Je sais et je sens que faire du bien est le plus vrai bonheur que le cœur humain puisse goûter.

Jean-Jacques Rousseau

On surestime ce que l’on n’est pas et on sous-estime ce que l’on est

Malcolm Forbe

Il n’est pas une seule chose qui échappe au moment présent.

Dogen

L’avenir, tu n’as pas à le prévoir, tu as à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry

Deviens ce que tu es, fais ce que toi seul peut faire.

Nietzsche

Faire un peu est mieux que ne rien faire. Faire un peu plus est mieux que faire un peu moins. Faire de son mieux et s'en réjouir reste l'essentiel.

Il se pourrait qu’aucune pensée, si fugitive, si inavouée soit-elle, ne passe dans le monde sans laisser de trace.

Cesare Pavese

Le hasard ne favorise que les esprits préparés.

Pascal

À quoi sert le mauvais cholestérol ?

Pour la Science indique que « l'équipe de Johan Björkegren, à l'Institut Karolinska de Stockholm (Suède), a découvert, chez la souris, une fonction restée inaperçue du «mauvais cholestérol» : il freine la lipolyse, c'est-à-dire la libération, par le tissu adipeux, d'acides gras dans le sang ».
Le magazine rappelle que « normalement, la lipolyse est inhibée par l'insuline et stimulée par le glucagon et par des fibres nerveuses étroitement associées au réseau vasculaire du tissu adipeux ».
Le mensuel explique que « d'après les chercheurs suédois, les LDL freineraient la lipolyse d'origine nerveuse. Les acides gras relargués par le tissu adipeux agiraient sur le foie en stimulant la synthèse de lipoprotéines, puis de LDL ».
« Ce «mauvais cholestérol» régulerait sa propre production en inhibant la lipolyse par une boucle de rétroaction. Toute perturbation de cette boucle serait susceptible de contribuer à divers troubles métaboliques », continue Pour la Science. (Skogsberg J et al., PLoS One 3(11): e3771, 2008)

Pour la Science, numéro 375, Le 19 janvier 2009

Date de la dépêche : 19 janvier 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : www.sf-neuro.org/Pour la Science, numéro 375

Mentions légales