le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal.

Swami Prajnanpad

Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède

Saint-Augustin

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

Celui qui a franchi le seuil de la porte a déjà parcouru une bonne partie du chemin.

Proverbe hollandais

Notre problème n’est pas que nous ne sachions pas faire les choses mais que nous ne savons pas ce que nous voulons.

Théodore Monod

Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur sous forme de destin.

C.G. jung

Il arrive que les grandes décisions ne se prennent pas, mais se forment d’elles-mêmes.

Henri Bosco

On surestime ce que l’on n’est pas et on sous-estime ce que l’on est

Malcolm Forbe

Je pensais regarder le monde, et c’est le monde qui me regarde.

Saint François d’Assise

Sois content dès qu’une petite chose progresse.

Marc Aurèle

La seconde jeunesse des médecines traditionnelles

La Croix indique dans son cahier « sciences et éthique » que « l’OMS a lancé une vaste étude pour mieux comprendre les savoirs ancestraux. Les médecines non conventionnelles se veulent une alternative à la pratique occidentale ».

 Le journal relève ainsi : « Chamans des Andes, herboristes indiens, acupuncteurs chinois… longtemps dénigrées, les thérapies ancestrales vivent une seconde jeunesse. […] Au Mali, chaque région dispose d’une maison des tradipraticiens en face de l’hôpital. La Chine a soigné l’épidémie de H1N1 en associant des molécules chimiques aux remèdes ancestraux de la pharmacopée locale ».
Le quotidien note par ailleurs que « le point fort des médecines traditionnelles, aux yeux de beaucoup, est de considérer l’homme dans toutes ses dimensions ».
La Croix se penche sur l’étude de l’OMS et cite le Dr Meri Robinson Nicol, responsable du dossier, qui précise : « Une résolution de l’OMS recommande à ses membres d’instaurer des standards d’évaluation et de régulation des médecines traditionnelles. Il est essentiel de promouvoir les savoir-faire ancestraux tout en garantissant leur innocuité, si l’on veut renforcer les systèmes de santé primaires locaux ».

Date de la dépêche : 12 juillet 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : La Croix

Mentions légales