le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Qui a vu le présent, a vu toutes choses, celles qui sont arrivées dans le passé insondable, celles qui arriveront dans l’avenir.

Marc Aurèle

La seule chose promise d'avance à l'échec est celle que l'on ne tente pas.

Paul Emile Victor

A la fin de chaque vérité il faut ajouter que l’on se souvient de la vérité opposée.

Pascal

Que fait-on quand un problème est insoluble ? On change le problème.

Jean Monnet

La perfection est la tranquillité dans le désordre

Zhuangzi

L'homme doit toujours se contenter de ce qu'il a mais pas de ce qu'il est.

William George Jordan

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal.

Swami Prajnanpad

La terre ne rend jamais sans intérêt ce qu'elle a reçu.

On n'a pas encore découvert que la nature est plus en profondeur qu'en surface.

Cézanne

La vie de chacun de nous n’est pas une tentative d’aimer, elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

Diabète : l’exercice physique remboursé par la Sécu ?

C’est ce que se demande Sandrine Cabut dans Le Figaro. La journaliste relève que « l’idée fait son chemin chez les médecins et les décideurs de santé, tandis que s’accumulent les preuves des bienfaits de l’exercice physique pour prévenir ou stabiliser des pathologies chroniques : maladies cardio-vasculaires, cancers ou diabète ».

Sandrine Cabut indique qu’« aujourd’hui, ce sont des médecins américains qui montent au créneau dans le prestigieux Journal of the American Medical Association ».
La journaliste explique que « Beatriz Schaan (Porto Alegre, Brésil) et ses collègues ont revu toutes les études menées sur [les effets de l’activité physique sur l’équilibre du diabète de type 2] depuis 30 ans et en ont retenu 47, incluant au total plus de 8 500 diabétiques ».
« Toutes montrent un effet favorable des programmes d’exercice physique sur l’hémoglobine glyquée (HbA1c) », 
note Sandrine Cabut.
« Ce marqueur sanguin […] est normalement compris entre 4 à 6% ; le taux est plus élevé chez les patients dont le diabète n’est pas bien contrôlé », rappelle la journaliste, qui relève qu’« une activité sportive structurée permet une diminution de 0,51 à 0,73% de l’hémoglobine glyquée. La baisse est maximale avec les sports d’endurance, qui correspondent à des efforts prolongés d’intensité modérée ».
Sandrine Cabut précise que « l’amélioration du contrôle glycémique est plus marquée chez les patients cumulant plus de 150 minutes d’activité par semaine ».
Le Pr Marco Pahor (Institut du vieillissement, université de Floride) écrit dans un éditorial du Jama : « Sachant les bénéfices de l’exercice physique en prévention du diabète, dans le contrôle du diabète de type 2, et plus généralement dans l’amélioration de la santé des adultes et des personnes âgées, il est temps de réfléchir à une prise en charge par les assurances de programmes structurés d’exercice physique ».
Sandrine Cabut remarque qu’« en France, toute la population est incitée à bouger régulièrement, dans le cadre du plan national nutrition santé, de manière très générale. Mais en dehors d’initiatives individuelles, il y a peu de programmes spécifiques pour les maladies chroniques ».
Le Dr Arnaud Monier, endocrinologue et médecin du sport (hôpital de Chartres), note quant à lui que « les diabétologues ne sont souvent pas spécialisés en médecine du sport. Quant aux services de médecine du sport, ils sont de moins en moins nombreux et submergés ».


Date de la dépêche : 09 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales