le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Je sais et je sens que faire du bien est le plus vrai bonheur que le cœur humain puisse goûter.

Jean-Jacques Rousseau

Quand tu rencontres un obstacle, fais-en ta cible.

Paul Smith

L’avenir, tu n’as pas à le prévoir, tu as à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry

Pour expliquer un brin de paille, il faut démonter tout l’univers

Remy de Gourmont

Sois calme et comprends, car tu te troubles et dans ta demeure intérieure tu atténues la lumière.

Saint Augustin

Nous nous rendons pitoyables ou nous nous rendons forts. La quantité de travail à fournir est la même.

Carlos Castaneda

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

William Shakespeare

Pour toute action : quoi, pourquoi et comment ?

Swami Prajnanpad

L’explosion des allergies respiratoires

C’est ce que note Le Figaro, qui indique que « la proportion des Français allergiques a doublé de 1980 à 2000 ».

 Le Pr Frédéric de Blay, du service de pneumologie du CHRU de Strasbourg, remarque que « chez les jeunes nés après 1980, on compte un tiers d’allergiques. De futurs parents allergiques vont donc se mettre en couple. Sachant que le risque d’avoir hérité d’un terrain allergique pour l’enfant à naître est de 30% si un parent est concerné, de 40% si les deux parents le sont et même de plus de 50% s’ils souffrent de la même allergie, on s’attend donc à une augmentation du nombre d’allergiques dans le futur ».
Le quotidien ajoute que « les estimations du congrès 2010 de la Société française d’allergie sont de 50% de Français allergiques d’ici à 2040, toutes allergies confondues ».
Le Figaro relève que « les hypothèses ne manquent pas » pour expliquer cette explosion : « Certains s’inquiètent des effets pervers de la pollution qui, en irritant les bronches, les rendent plus vulnérables. D’autres notent que nos conditions de vie changent, le mode de vie urbain étant de plus en plus fréquent ».
Le Pr de Blay précise qu’« on a des raisons de penser qu’à la naissance, tous les nouveau-nés ont un profil immunologique d’allergique, mais que, sous l’influence de leur environnement, leur système immunitaire se modifie rapidement, sauf chez les petits allergiques, chez qui il reste en quelque sorte immature ».
Le journal explique que « l’acquisition d’un terrain non allergique serait un phénomène actif, mettant en jeu des lymphocytes dits «régulateurs». Mais, probablement en raison de nombreux changements intervenus dans notre mode de vie, ce phénomène connaîtrait de plus en plus de ratés ». 
Le quotidien se penche sur la désensibilisation, dont le « but est d’habituer l’organisme à un allergène en apportant ce dernier à des doses infimes, allant crescendo. Cette technique n’est pas nouvelle, mais il semblerait qu’elle arrive à restaurer cette population de lymphocytes «régulateurs» qui fait tant défaut aux allergiques ».
Le Figaro ajoute qu’« il faudrait optimiser ces résultats. […] C’est pourquoi le Dr François Lavaud, pneumo-allergologue (CHU Reims), estime que la grande révolution pourrait venir des «allergènes recombinants» ».
Le spécialiste indique que « les tests diagnostiques réalisés avec ces allergènes recombinants sont beaucoup plus précis que les tests classiques. […] Second avantage : dans le futur, on peut très bien imaginer proposer des désensibilisations avec le mélange d’allergènes recombinants correspondant très exactement au profil allergique de chaque patient ».
Le Parisien note aussi qu’avec le printemps, « le temps des allergies a commencé, et elles sont même en avance ! ». Le journal explique à ses lecteurs que « ça se soigne », conseillant notamment le « diagnostic précoce ».

Date de la dépêche : 09 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro / Le Parisien

Mentions légales