le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Le trop de quelque chose est le manque de quelque chose.

Proverbe arabe

L'oeuvre d'art éveille continuellement en nous une soif et une source.

Paul Valéry

Toute libération juste n'affranchit pas seulement de quelque chose, mais aussi vers quelque chose.

Karlfried Graf Dürckheim

Qui a vu le présent, a vu toutes choses, celles qui sont arrivées dans le passé insondable, celles qui arriveront dans l’avenir.

Marc Aurèle

L’avenir, tu n’as pas à le prévoir, tu as à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry

Il faut un obstacle nouveau pour un savoir nouveau.

Henri Michaux

Le sage n’a aucune autre consistance que celle qui est dévolue au potier.

François Roustang

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

La seule chose promise d'avance à l'échec est celle que l'on ne tente pas.

Paul Emile Victor

Celui qui est charnel l'est jusque dans les choses de l'esprit ; celui qui est spirituel l'est jusque dans les choses de la chair.

Saint Augustin

Réveil difficile : la faute au gène 24

C’est ce que se demande Pour la Science, qui explique que « Chunghun Lim, du Département de neurobiologie et de physiologie à l'Université Northwestern aux États-Unis, et Jongbin Lee, du Département des sciences biologiques à l'Institut de la science et de la technologie en Corée, et leurs collègues ont découvert que la perte du gène 24 chez la drosophile dérègle le rythme de son horloge cérébrale et perturbe son réveil » (The novel gene twenty-four defines a critical translational step in the Drosophila clock ; Nature, 470 : 399-405).
Le magazine rappelle que « des horloges circadiennes sont présentes dans tous les tissus de l'organisme, mais c'est surtout l'horloge cérébrale qui contrôle les comportements circadiens, tels l'éveil et l'endormissement. Chez toutes les espèces, cette horloge est réglée sur environ 24 heures ».
Le mensuel explique que les chercheurs « ont observé le comportement des 4.000 mouches de la «banque» de l'Institut KAIST en Corée, chaque drosophile ayant un gène surexprimé. L'une de ces drosophiles présentait un cycle circadien avec une activité veille/repos perturbée et une période de 26 heures au lieu de 24. Elle avait été créée par surexpression du gène qu'ils ont nommé twenty four (Tyf), dont la fonction était inconnue ».
Pour la Science note que « les biologistes ont alors fabriqué une mouche n'exprimant pas ce gène 24 : elle a des réveils difficiles et son cycle circadien est déréglé. […] C'est la première fois que l'on découvre qu'un gène de l'horloge (Tyf) peut intervenir sur la traduction d'un autre gène de l'horloge (Per) ».
« Les biologistes espèrent identifier ce gène 24 chez les mammifères, et même chez l'homme, peut-être pour comprendre certaines perturbations du cycle veille/sommeil », 
remarque le magazine.

Date de la dépêche : 09 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Pour la Science, mars 2011

Mentions légales