le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Si je veux enrichir mon esprit, je ne cherche pas les honneurs mais la liberté.

Rembrandt

L'homme est né libre, de ses penchants il se construit une prison, sans s'en rendre compte, il en devient prisonnier.

Khalil Gibran

Nous nous rendons pitoyables ou nous nous rendons forts. La quantité de travail à fournir est la même.

Carlos Castaneda

Sois calme et comprends, car tu te troubles et dans ta demeure intérieure tu atténues la lumière.

Saint Augustin

Le courage n'est rien sans la sérénité.

Gandhi

Pour aller de l’avant, il faut prendre du recul. Car prendre du recul, c’est prendre de l’élan.

Mc Solaar

On devrait attacher moins d'importance à ce que l'on va faire qu'à ce que l'on est.

Maître Eckart

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

Souvent au lieu de penser on se fait des idées

Louis Scutenaire

La terre ne rend jamais sans intérêt ce qu'elle a reçu.

Vives réactions après l’interdiction des phtalates et des parabènes

La Croix constate en effet que « les industriels du plastique ont dénoncé, hier, l’adoption à l’Assemblée nationale d’une proposition de loi interdisant l’utilisation de plusieurs substances chimiques soupçonnées de perturber le système hormonal ».

Le journal rappelle que « le texte du député centriste Yvan Lachaud (Gard), voté en première lecture à la surprise générale, a une portée très large : il bannit «la fabrication, l’importation, la vente ou l’offre de produits» contenant ces substances chimiques, qui ont le point commun, selon un grand nombre de scientifiques, de perturber le système hormonal ».
« Dans un communiqué, PlasticsEurope, la Fédération de la plasturgie, et Elipso demandent «l’abandon» d’une proposition de loi qu’ils jugent «injustifiée scientifiquement, inapplicable en pratique et inappropriée juridiquement» », 
note le quotidien.
La Croix précise que « le député est conscient que son texte doit être amendé pour être applicable, mais veut surtout encourager la prise de conscience ». Yvan Lachaud déclare ainsi : « Au cours de la journée, vous allez vous maquiller, prendre votre voiture, manger de la nourriture qui a été emballée, nettoyer votre maison… Même si chaque objet vous expose à une dose infime, c’est l’imprégnation globale et quotidienne qui compte ».
« Nous n’avons malheureusement que trop d’exemples, comme le Distilbène, l’amiante ou le Mediator, qui prouvent qu’il faut prévenir les risques », 
ajoute le député.
Libération observe pour sa part que « les industriels du plastique ont les nerfs. […] La vigueur de leur réaction est à la hauteur des enjeux économiques et sanitaires du dossier ».
Le Monde retient quant à lui que « les parlementaires partisans d’une politique plus stricte pour protéger la population des effets néfastes des perturbateurs endocriniens ont remporté une victoire inattendue ».


Date de la dépêche : 08 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : La Croix, Le Monde, Libération

Mentions légales