le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

C'est une absolue perfection, et comme divine, que de savoir jouir loyalement de son être.

Montaigne

De nos maladies, la plus sauvage est de mépriser notre être.

Montaigne

Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède

Saint-Augustin

L'esprit a beau faire plus de chemin que le coeur, il ne va jamais si loin.

Proverbe chinois

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

Celui qui a franchi le seuil de la porte a déjà parcouru une bonne partie du chemin.

Proverbe hollandais

Personne ne peut vous révéler plus que ce qui repose déjà dans l'aube de vos connaissances.

Khalil Gibran

L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir mais à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry - Extrait de ses Mémoires du large

Tu cesseras de craindre en cessant d’espérer

Sénèque

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

Hausse «sans précédent» des actes de violence contre les médecins

La Croix constate que « les actes de violence contre les médecins ont connu une «hausse sans précédent» en 2010 », selon une étude du Conseil de l’Ordre des médecins. Le Dr Bernard Le Douarin, coordonnateur de l’Observatoire pour la sécurité des médecins, indique ainsi : « Nous sommes confrontés à une montée préoccupante de la violence verbale et physique contre les praticiens. Il s’agit d’un phénomène assez homogène, constaté sur pratiquement l‘ensemble du territoire ».

Le journal précise qu’« en 2010, 920 déclarations ont été enregistrées [par l’Observatoire], contre 512 en 2009. […] Une majorité de déclarations émane de médecins généralistes. Le fait notable est l’augmentation des agressions contre les femmes (43% des déclarations contre 37% en 2009) ».
« Les incidents les plus fréquents sont des agressions verbales et des menaces (63% des déclarations), les vols ou tentatives de vols (25%) et les agressions physiques (13%) »,
 poursuit La Croix. 
Le quotidien ajoute que « les principaux motifs de violences sont, dans l’ordre, un reproche relatif à une prise en charge, une tentative de vol, un refus de prescription ou un temps d’attente jugé excessif ». Le Dr Le Douarin relève « de façon très nette dans nos cabinets une perte «d’esprit citoyen» de la part d’un certain nombre de gens qui, vis-à-vis de la médecine, estiment n’avoir que des droits et plus aucun devoir ».
La Croix cite en outre le Pr Eric Baccino, chef du service de médecine légale du CHU de Montpellier, selon qui « ces violences témoignent d’une «très large désacralisation» du corps médical ». Le praticien déclare :« Cela fait certes un moment que nous ne sommes plus considérés comme des notables. Mais aujourd’hui, les médecins sont de plus en plus regardés comme l’incarnation d’une certaine forme d’autorité et non plus comme des personnes avant tout bienveillantes. Et beaucoup ont du mal à comprendre qu’on puisse agresser quelqu’un qui est là pour soigner ».
Le journal souligne enfin que « pour le Dr Le Douarin, cette insécurité contribue, dans certaines zones, à aggraver la désertification médicale ».
Libération remarque que « la situation se crispe, mais les agressions graves restent marginales. […] La situation n’a rien de gravissime. Mais elle souligne un délitement. A l’heure où les jeunes médecins sont de plus en plus rares à vouloir s’installer en ville, la montée de ces atteintes risque de consolider cette tendance ».
Le Parisien note aussi que les médecins sont « de plus en plus agressés », et relève que « le Dr Michel Legmann, président du Conseil de l’Ordre, a jugé qu’il s’agissait d’un «véritable problème de santé publique» favorisant la désertification médicale de certains quartiers ».
Le journal indique toutefois que le responsable « a annoncé la signature prochaine d’un protocole entre l’Ordre et les ministères de l’Intérieur, de la Justice et de la Santé, afin d’aider plus efficacement les médecins ».
Pour sa part, Les Echos rend compte des rencontres organisées hier par l'Association des maires de France, sur le thème de la désertification médicale. Le quotidien relève que « les maires se démènent »,qu’ils « ont des outils pour contrer le recul de la médecine de proximité. Mais leur efficacité tarde à être prouvée et dépend beaucoup du degré d'implication des professionnels de la santé dans leur mise en œuvre ».
Les Echos aborde « l'inopérance de certains dispositifs, très en vogue au milieu de la décennie passée. Ainsi, l'«importation» de médecins étrangers, essentiellement issus d'Europe Centrale, est un échec. Malgré les facilités prodiguées par les collectivités, la greffe a rarement pris. […] Quant aux maisons de santé, le succès est loin d'être au rendez-vous. Trop souvent, les collectivités locales ont agi seules. D'où l'inadaptation de ces structures dont certaines accueillent uniquement des activités paramédicales ».
Le journal remarque qu’« outre un service unique d'aide à l'installation, prochainement en place, un statut juridique spécifique aux maisons de santé a été créé ».


Date de la dépêche : 10 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : La Croix, Libération, Le Parisien

Mentions légales