le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite, C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nelson Mandela

Pour aller de l’avant, il faut prendre du recul. Car prendre du recul, c’est prendre de l’élan.

Mc Solaar

Souvent au lieu de penser on se fait des idées

Louis Scutenaire

L'homme est né libre, de ses penchants il se construit une prison, sans s'en rendre compte, il en devient prisonnier.

Khalil Gibran

Je pensais regarder le monde, et c’est le monde qui me regarde.

Saint François d’Assise

Béni est celui qui a trouvé sa tâche. Qu’il ne cherche pas d’autre félicité.

Thomas Carlyle

Si la moitié de nos souhaits étaient exaucés, nos soucis seraient doublés.

Benjamin Franklin

La perfection est la tranquillité dans le désordre

Zhuangzi

Le courage n'est rien sans la sérénité.

Gandhi

Notre problème n’est pas que nous ne sachions pas faire les choses mais que nous ne savons pas ce que nous voulons.

Théodore Monod

Moins de particules fines, plus d'espérance de vie

Le Monde relève qu’« une étude américaine [publiée dans le New England Journal of Medicine] met en évidence les effets d'une amélioration de la qualité de l'air ».
Le journal livre la réaction du Pr William Dab, titulaire de la chaire d'hygiène et sécurité au Conservatoire national des arts et métiers, qui « salue le vaste travail des auteurs qui démontre qu'une réduction de la concentration de l'air en particules fines de 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3) est associée à un accroissement de l'espérance de vie en moyenne de 0,6 année ».
« Il s'agit d'une étude historique qui sera citée des milliers de fois dans les années à venir », estime le spécialiste.
William Dab souligne que C. Arden Pope (Brigham Young University, Utah) et son équipe ont « établi pour la première fois une preuve expérimentale de l'amélioration de l'état de santé à partir de données cohérentes sur un large territoire ».
Le spécialiste précise que les auteurs américains ont calculé que « la réduction de la pollution de l'air contribue jusqu'à 15 % de l'accroissement global de l'espérance de vie ».

Date de la dépêche : 04 février 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : www.sf-neuro.org/Le Monde

Mentions légales