le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Derrière chaque homme de talent se trouvent toujours d’autres homme de talent

Proverbe chinois

Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède

Saint-Augustin

Je sais et je sens que faire du bien est le plus vrai bonheur que le cœur humain puisse goûter.

Jean-Jacques Rousseau

Tout le problème de ce monde c’est que les idiots et les fanatiques sont toujours sûrs d’eux tandis que les sages sont pleins de doutes.

Bertrand Russell

La tradition c’est le choix des expériences les meilleures.

Aristote

C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n’écoute pas.

Victor Hugo

Le chute n'est pas un échec, l'échec est de rester là où on est tombé.

Socrate

A l'hôtel de la décision, les gens dorment bien.

Proverbe persan

Si quelqu’un me guérit et me retire mon mal, j’entends aussi qu’il me hisse au niveau de conscience que j’aurais atteint si j’avais moi-même résolu ce que ce mal devait m’apprendre. Sinon, s’il me laisse dans le même état de conscience après m’avoir retiré mon mal, il me vole l’outil de croissance que peut être cette maladie.

Yvan Amar

Changer le passé, les dieux eux-mêmes y sont impuissants.

Henri Heine

Moins de particules fines, plus d'espérance de vie

Le Monde relève qu’« une étude américaine [publiée dans le New England Journal of Medicine] met en évidence les effets d'une amélioration de la qualité de l'air ».
Le journal livre la réaction du Pr William Dab, titulaire de la chaire d'hygiène et sécurité au Conservatoire national des arts et métiers, qui « salue le vaste travail des auteurs qui démontre qu'une réduction de la concentration de l'air en particules fines de 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3) est associée à un accroissement de l'espérance de vie en moyenne de 0,6 année ».
« Il s'agit d'une étude historique qui sera citée des milliers de fois dans les années à venir », estime le spécialiste.
William Dab souligne que C. Arden Pope (Brigham Young University, Utah) et son équipe ont « établi pour la première fois une preuve expérimentale de l'amélioration de l'état de santé à partir de données cohérentes sur un large territoire ».
Le spécialiste précise que les auteurs américains ont calculé que « la réduction de la pollution de l'air contribue jusqu'à 15 % de l'accroissement global de l'espérance de vie ».

Date de la dépêche : 04 février 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : www.sf-neuro.org/Le Monde

Mentions légales