le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L'ignorant n'est pas celui qui manque d'érudition mais celui qui se ne connaît pas lui-même.

Krishnamurti

Chacun de nous est sans limites ; chacun de nous est inévitable ; chacun de nous avec son droit sur la Terre.

Walt Whitman

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

Il existe un curieux paradoxe : quand je m'accepte tel que je suis, alors je peux changer.

Carl Rogers

Si tu cherches la vérité au dehors de toi, elle s'éloignera de plus en plus.

Tung-Shan

Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi-même le chemin

Bouddha

Quand ton esprit n’est pas encombré de choses inutiles, c’est la meilleure saison de la vie.

Wu-men

L’obstacle est matière à action.

Marc Aurèle

L’espérance est un risque à courir

Georges Bernanos

Les solvants doublent le risque de malformations foetales

Le Figaro relaie une étude de l’Inserm parue dans Occupational and Environmental Medicine, selon laquelle « le risque d’avoir un enfant atteint d’une malformation congénitale à la naissance est en France de 2 à 3%. Mais il est multiplié par 2,5 lorsque la mère a été exposée durant sa grossesse à des solvants dans le cadre de son activité professionnelle ».
Le journal explique que les chercheurs « ont suivi quelque 3 000 femmes enceintes exerçant une profession. […] 30% de ces femmes ont déclaré avoir eu une exposition régulière, pendant leur grossesse, à au moins un produit contenant des solvants ».
Le Figaro note que « par exposition régulière, les chercheurs entendent au moins une fois par semaine ».
L’un des auteurs, Sylvaine Cordier, précise que « pour la plupart des femmes, il s’agit d’une exposition quotidienne ».
Le quotidien indique que les professions concernées sont « principalement celles de la santé (infirmières et aides-soignantes), de l’entretien (femmes de ménage), de la recherche (femmes travaillant dans les laboratoires) ou encore celles de l’esthétique et de la coiffure ».
Concernant les « malformations majeures » observées, le Figaro souligne que l’équipe française « a surtout identifié des becs-de-lièvre, des malformations du rein et des voies urinaires et des malformations génitales du garçon ».
Le journal remarque qu’« un tel résultat devrait interpeller les responsables de la médecine du travail ».
Le quotidien observe toutefois : « Comment protéger des femmes enceintes qui travaillent, par exemple, dans un salon de coiffure ? […] Reste également à savoir quels solvants incriminer ».

Date de la dépêche : 24 septembre 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : Le Figaro

Mentions légales