le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Personne ne peut vous révéler plus que ce qui repose déjà dans l'aube de vos connaissances.

Khalil Gibran

Méditer, c’est s’abriter dans le présent.

Fabrice Midal

La maladie, sa racine hébraïque « malaha » le révèle, consiste à tourner en rond.

Christiane Singer

Vivre simplement pour que simplement d'autres puissent vivre

Gandhi

Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots.

Pythagore

Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même

Confucius

Si mon esprit est loin, ce lieu l'est aussi.

Tao Yuanming

Etudier sans méditer est vain. Méditer sans étudier est périlleux.

Confucius

Se ménager du temps est nécessaire pour l’esprit. Pour l’esprit, il faut du temps perdu

Paul Valéry

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

Les pesticides rendent vraiment malade

C’est ce que remarque Le Parisien, qui note sur une page qu’« alors que de nouvelles études démontrent le lien entre l’exposition aux pesticides et certaines maladies, des victimes s’organisent » pour « faire reconnaître les risques ».

Le journal se penche ainsi sur une étude de l’Inserm parue dans les Annals of Neurology, qui « vient de confirmer que l’exposition aux pesticides double quasiment le risque de survenue de la maladie de Parkinson chez les paysans ».
« L’Institut de veille sanitaire a, de son côté, décelé des traces de pesticides dans les urines de femmes enceintes bretonnes, dans certains cas longtemps après leur exposition à ces produits », ajoute le quotidien.
Le Parisien cite notamment Nicole Delépine, responsable de l’unité cancérologie pédiatrique à l’hôpital de Garches (Hauts-de-Seine), qui déclare qu’« avec les pesticides, on fabrique les cancers de demain. Plusieurs études ont clairement montré que l’utilisation par les femmes enceintes d’insecticides à la maison était associée à une augmentation du taux de leucémies chez l’enfant ».
Le journal cite l’Union des industries de la protection des plantes, qui indique pour sa part que « les produits phytopharmaceutiques mis sur le marché ont fait l’objet d’évaluations précises et ne présentent aucun risque pour la santé et l’environnement, s’ils sont utilisés selon les conditions d’emploi figurant sur l’étiquette ».

Date de la dépêche : 18 juin 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : Le Parisien, Le Figaro

Mentions légales