le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Ce dont vous avez besoin se présentera à vous si vous ne désirez pas ce dont vous n’avez pas besoin.

Nisargadatta Maharaj

Pour toute action : quoi, pourquoi et comment ?

Swami Prajnanpad

Faire un peu est mieux que ne rien faire. Faire un peu plus est mieux que faire un peu moins. Faire de son mieux et s'en réjouir reste l'essentiel.

Ecouter, c’est être attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas lui donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s’en libérer.

Le meilleur en la vie est gratuit.

Albert Schweitzer

Accepter les dépendances que nous impose la nature, c’est la sagesse, les aimer, c’est le bonheur.

Bernard Grasset

Ne pas chercher à ne pas souffrir ni à moins souffrir, mais à ne pas être altéré par la souffrance.

Simone Weil

Nous sommes dans l’inconcevable, mais avec des repères éblouissants.

René Char

William Shakespeare

La maladie, sa racine hébraïque « malaha » le révèle, consiste à tourner en rond.

Christiane Singer

Les dégâts sournois de la pollution de l'air sur la santé

Le Figaro indique que « deux études publiées simultanément montrent que la pollution atmosphérique augmente le risque d'attaques cérébrales et favorise le vieillissement cérébral ».

Le journal se penche ainsi sur ces parutions dans les Archives of Internal Medicine « La première souligne que l'exposition aux fines particules atmosphériques (PM 2,5) «augmente le risque d'attaques cérébrales dans les heures qui suivent l'inhalation, et ce même à des niveaux généralement considérés comme sûrs par l'agence de protection de l'environnement américaine». L'autre met en évidence un lien entre la pollution de l'air et le vieillissement cérébral chez la femme ».
Le Figaro explique que « dans le premier cas [Gregory Wiellenius et al.], les chercheurs qui ont étudié plus de 1.700 cas d'attaques cérébrales sur 10 ans (entre 1999 et 2008) dans la région de Boston (USA) ont montré qu'il y avait un risque significativement plus important lorsque la qualité de l'air était classée dans une zone orange plutôt que verte ».
« Les scientifiques ont été capables de montrer que le risque intervenait entre 12 et 14 heures après l'exposition d'une personne au pic le plus élevé de la pollution. […] Les auteurs estiment qu'avec une réduction de 20% de la pollution atmosphérique, on aurait pu réduire d'environ 6.000 le nombre d'attaques cérébrales en 2007 », 
poursuit le quotidien.
Le journal ajoute que « la deuxième étude [Jennifer Weuve et al.], qui a porté sur 19.500 femmes âgées de 70 à 81 ans entre 1995 et 2005, montre de la même manière un impact de la pollution atmosphérique sur le vieillissement cérébral. Les tests (connaissances générales, mémoires, attention…) ont été effectués par téléphone à raison de trois appels environ tous les 2 ans. Les chercheurs ont ensuite comparé ces résultats à l'exposition des personnes aux microparticules ».
« Les résultats montrent un lien significatif entre le vieillissement cérébral et une exposition élevée et au long cours à la pollution atmosphérique », 
observe Le Figaro.

Date de la dépêche : 12 mars 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales