le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Tout ce que nous voyons pourrait aussi être autrement.

Ludwig Wittgenstein

On surestime ce que l’on n’est pas et on sous-estime ce que l’on est

Malcolm Forbe

L’origine de toute joie en ce monde est la quête du bonheur d’autrui.
L’origine de toute souffrance en ce monde est la quête de son propre bonheur.

Shantideva

La terre ne rend jamais sans intérêt ce qu'elle a reçu.

Soit on apprend à échouer, soit on échoue à apprendre.

Tal Ben Shahar

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

Il est peu et de réussites faciles, et d'échecs définitifs.

Marcel Proust

Tout le monde croit que le fruit est l'essentiel de l'arbre quand, en réalité, c'est la graine.

Nietzsche

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Par l'attention les choses existent.

Dokhusho Villalba

Le lobby agroalimentaire étend son influence dans le monde de la santé

C’est ce qu’observe Pierre Bienvault dans La Croix. Le journaliste fait savoir que « des associations ont dénoncé hier le partenariat entre McDonald’s, Coca-Cola et un congrès de médecine générale à Nice. […] En échange de leur soutien, ces deux firmes ont obtenu le droit d’organiser une «session» lors du congrès ».

« Mise en cause pour ses liens d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique, la médecine est aussi de plus en plus soumise à l’influence des firmes agroalimentaires », remarque Pierre Bienvault.
Benjamin Cohadon, porte-parole du « Mouvement de désaliénation des médecins », déclare ainsi que « c’est un mélange des genres malsain ».
Le Pr Pierre-Louis Druais, conseiller exécutif du congrès, observe pour sa part que « c’est malheureusement impossible d’organiser un congrès médical sans sponsor. Et nous contrôlons le contenu scientifique des communications de nos partenaires ».
Pierre Bienvault relève que « de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer l’omniprésence des firmes agroalimentaires dans le secteur de la santé. Tout en défendant leur indépendance, de nombreux spécialistes, notamment hospitaliers, participent à des études financées par des industriels désireux d’apposer un «label santé» sur leurs produits ».
Le journaliste cite notamment Paul Scheffer, président de l’Association de diététique et nutrition critiques, qui observe que « les firmes interviennent aussi dans la formation des nutritionnistes. Quand j’étais en BTS, je me souviens d’une intervention faite par une représentante des fabricants de céréales de petit-déjeuner. C’était présenté comme un cours parmi les autres pouvant même faire l’objet d’une question lors d’un contrôle ».
De son côté, le Pr Dominique Turck, chef du service de nutrition pédiatrique au CHU de Lille, « dénonce le «double discours» des pouvoirs publics » : « On est écartelé entre le ministère de la Santé qui, désormais, hurle devant le moindre lien d’intérêt, et celui de la recherche, qui nous encourage à monter des partenariats public-privé pour faire tourner nos laboratoires ».

Date de la dépêche : 27 juin 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : La Croix

Mentions légales