le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie.

Proverbe chinois

Tu ne changeras jamais les choses en combattant ce qui existe déjà. Pour changer les choses, construis un nouveau modèle qui rendra l’ancien obsolète.

Buckminster Fuller

L´homme pressé cherche la porte et passe devant.

Goethe

Lorsqu'il n'y a plus rien à faire, que faites-vous?

Koan zen

La gratitude n'est pas seulement la plus grande des vertus, c'est aussi la mère de toutes les autres.

Cicéron

Si mon esprit est loin, ce lieu l'est aussi.

Tao Yuanming

Les gens ont toujours peur de la nouveauté. Pour faire du neuf, il faut se donner le droit à l'erreur.

Björk

Il n'y a pas d'autre bonheur que la paix.

Proverbe thaï

William Shakespeare

Il faut un obstacle nouveau pour un savoir nouveau.

Henri Michaux

Le lien entre maladie de Parkinson et pesticides officiellement reconnu

C’est ce qu’indique Le Monde, qui annonce que « lundi est entré en vigueur un décret qui reconnaît la maladie de Parkinson comme maladie professionnelle et établit explicitement un lien de causalité entre l’usage des pesticides et cette pathologie ».

Le journal parle d’un « pas de plus vers la reconnaissance des malades professionnelles des agriculteurs »,notant que « la prise de conscience des effets des produits phytosanitaires sur la santé des agriculteurs commence seulement à émerger ».
Le Monde explique notamment que « l’entrée de Parkinson dans les tableaux des maladies professionnelles du régime agricole facilitera les démarches pour les agriculteurs chez qui la maladie aura été diagnostiquée moins d’un an après l’exposition à des pesticides, quels qu’ils soient ».
Le Parisien précise quant à lui que pour que la pathologie soit reconnue comme maladie professionnelle, « les agriculteurs doivent avoir été exposés au moins 10 ans aux pesticides et déclencher la maladie dans un délai d’un an après l’arrêt de l’exposition ».


Date de la dépêche : 19 juin 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Monde, Le Parisien

Mentions légales