le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur sous forme de destin.

C.G. jung

A l'hôtel de la décision, les gens dorment bien.

Proverbe persan

On surestime ce que l’on n’est pas et on sous-estime ce que l’on est

Malcolm Forbe

L'homme doit toujours se contenter de ce qu'il a mais pas de ce qu'il est.

William George Jordan

Le mental vit dans un cercle vicieux. Il crée lui-même les problèmes et essaie ensuite de les résoudre.

Swami Prajnanpad

Sois content dès qu’une petite chose progresse.

Marc Aurèle

Tout ce que nous voyons pourrait aussi être autrement.

Ludwig Wittgenstein

Lorsqu'il y a dix pas à faire vers quelqu'un, neuf n'est que la moitié du chemin.

Jules Barbey d'Aurevilly

Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre.

Albert Einstein

Je pensais regarder le monde, et c’est le monde qui me regarde.

Saint François d’Assise

Le chlordécone à nouveau accusé aux Antilles

Le Parisien se penche sur une étude « attendue aux Antilles françaises ». Le quotidien note en effet que selon des travaux publiés dans le Journal of Clinical Oncology, « le chlordécone aurait une influence sur le nombre important de cancers de la prostate [enregistrés aux Antilles], soit plus de 1 000 nouveaux cas par an en Guadeloupe et Martinique ».

Le Parisien revient sur « le scandale de cette pollution » due à l’insecticide organochloré, « voué à rester des siècles dans les rivières et les sols ».
Le journal indique que l’enquête Karuprostate, menée par les Prs Luc Multigner (Inserm) et Pascal Blanchet (CHU de Pointe-à-Pitre) « vient aujourd’hui confirmer la toxicité du produit ».
Le quotidien explique que « de 2004 à 2007, ils ont comparé 709 hommes nouvellement atteints de cancer de la prostate à 723 sujets indemnes ». Les auteurs écrivent que « l’exposition au chlordécone est associée à un risque augmenté de développer la maladie ».
Le Parisien précise que « ce risque est même multiplié par 5 chez les hommes qui présentent d’une part des antécédents familiaux de cancer et qui ont, d’autre part, résidé plus d’un an dans un pays occidental industrialisé ».
Libération aborde aussi cette étude sur ce pesticide « utilisé pour la culture bananière aux Antilles » jusqu’en 1993, mais « interdit dès 1976 aux Etats-Unis ».
Le journal publie une entrevue avec Luc Multigner, qui remarque entre autres que « nos conclusions justifient largement les mesures déjà prises par les autorités telles que le contrôle de la qualité des eaux et celles destinées à protéger la population de la consommation de denrées alimentaires contaminées. Elles doivent êtres maintenues, voire renforcées ».

Date de la dépêche : 22 juin 2010

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : Le Parisien, Libération

Mentions légales