le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Si je veux enrichir mon esprit, je ne cherche pas les honneurs mais la liberté.

Rembrandt

La seule chose promise d'avance à l'échec est celle que l'on ne tente pas.

Paul Emile Victor

Souvent au lieu de penser on se fait des idées

Louis Scutenaire

Qui a vu le présent, a vu toutes choses, celles qui sont arrivées dans le passé insondable, celles qui arriveront dans l’avenir.

Marc Aurèle

Il arrive que les grandes décisions ne se prennent pas, mais se forment d’elles-mêmes.

Henri Bosco

On surestime ce que l’on n’est pas et on sous-estime ce que l’on est

Malcolm Forbe

L’amitié double les joies et réduit de moitié les peines.

Francis Bacon

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

L´homme pressé cherche la porte et passe devant.

Goethe

Que fait-on quand un problème est insoluble ? On change le problème.

Jean Monnet

La puberté perturbée par des polluants

Pour la Science fait savoir que « selon une équipe américaine, l'exposition à des polluants communs avancerait l'âge de la puberté chez les filles, augmentant le risque de cancer du sein durant la vie adulte chez certaines d'entre elles ». Le mensuel précise en effet qu’« une puberté avant l'âge de 10 ans est associée à un risque plus élevé de cancer du sein quelques dizaines d'années plus tard ».

Le magazine se penche ainsi sur les travaux d’un groupement de laboratoires publics, le BCERC (Breast Cancer and Environment Research Centers), parus dans Environmental Health Perspectives : « L'équipe de Mary Wolff, de l'École de médecine du Mont Sinai, à New York, a analysé l'association entre l'âge de la puberté et trois types de substances chimiques : les phénols, qui agissent comme les estrogènes, ainsi que les phytoestrogènes et les phtalates, qui ont chez l'animal des effets proches des estrogènes ou des effets inverses, selon leur concentration et l'âge d'exposition ».
Pour la Science indique que « les chercheurs ont mesuré, dans les urines de 1 151 filles âgées de 7 à 9 ans, les concentrations de phénols, de phytoestrogènes et de métabolites issus de la transformation de phtalates par l'organisme. Ils ont évalué un an plus tard si la puberté avait débuté en examinant les seins et la croissance des poils pubiens de ces enfants ».
Le mensuel note que l’équipe « a observé un développement des seins et des poils pubiens chez respectivement 30 et 22% des jeunes filles. Des concentrations élevées de métabolites de phtalates (de faible masse molaire) présents dans les produits cosmétiques étaient associées à une puberté avancée ».
« Inversement, deux phytoestrogènes provenant de l'alimentation étaient associées à un retard du développement des seins. Or ces substances sont omniprésentes »,
poursuit Pour la Science.
Le magazine relève qu’« étant donné que leurs concentrations sont élevées dans presque tous les échantillons d'urine analysés, Mary Wolff estime qu'une partie importante de la population est exposée à un risque dont on mesure encore mal les effets sur la santé ».


 

Date de la dépêche : 21 avril 2010

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : Pour la Science, avril 2010

Mentions légales