le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L´échec est le fondement de la réussite.

Lao-Tseu

Pour cacher un mensonge, il faut mentir mille fois.

Proverbe indien

Quand tu rencontres un obstacle, fais-en ta cible.

Paul Smith

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

Choisir son temps, c'est l'épargner.

Francis Bacon

La beauté n’est que la promesse du bonheur.

Stendhal

L'homme doit toujours se contenter de ce qu'il a mais pas de ce qu'il est.

William George Jordan

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

Il n'y a pas d'autre bonheur que la paix.

Proverbe thaï

On devrait attacher moins d'importance à ce que l'on va faire qu'à ce que l'on est.

Maître Eckart

L'éclairage artificiel de nuit favoriserait la dépression

Le Monde indique en effet qu’« une étude, dirigée par la chercheuse Tracy Bedrosian, de l'université d'Etat de l'Ohio, et publiée dans la revue Molecular Psychiatry, établit un lien entre l'éclairage artificiel nocturne et la hausse du taux de dépression chez l'homme, ces 50 dernières années ».

Le journal note que « pour établir ce lien, l'équipe universitaire a maintenu des hamsters exposés à une lumière tamisée pendant la nuit. Après 4 semaines, les chercheurs ont constaté des comportements nerveux et de l'apathie chez ces sujets ».
Tracy Bedrosian indique ainsi que « l'avènement de la lumière électrique a permis aux humains de se départir des cycles naturels du jour et de la nuit, [ce qui peut avoir potentiellement troublé nos rythmes biologiques]. Les personnes qui se couchent tard en restant devant la télé ou l'ordinateur peuvent contrecarrer certains des effets néfastes en revenant à un cycle lumière-obscurité et en minimisant leur exposition à la lumière artificielle pendant la nuit ».
Le Monde rappelle qu’« une étude de l'Association médicale américaine avait précédemment conclu que l'exposition à une faible lumière avant le coucher réduisait la sécrétion de mélatonine, hormone de régulation des rythmes chronobiologiques. Son absence chronique pourrait induire une prise de poids, accroître les risques de stérilité et de diabète, et même favoriser certains cancers ».

Date de la dépêche : 06 août 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Monde

Mentions légales