le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L’avenir, tu n’as pas à le prévoir, tu as à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry

Pour aller de l’avant, il faut prendre du recul. Car prendre du recul, c’est prendre de l’élan.

Mc Solaar

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à avoir de nouveaux yeux.

Marcel Proust

William Shakespeare

Tu ne changeras jamais les choses en combattant ce qui existe déjà. Pour changer les choses, construis un nouveau modèle qui rendra l’ancien obsolète.

Buckminster Fuller

Lorsqu'il y a dix pas à faire vers quelqu'un, neuf n'est que la moitié du chemin.

Jules Barbey d'Aurevilly

Qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu'il mène.

Albert Camus

Toute libération juste n'affranchit pas seulement de quelque chose, mais aussi vers quelque chose.

Karlfried Graf Dürckheim

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal.

Swami Prajnanpad

Si je veux enrichir mon esprit, je ne cherche pas les honneurs mais la liberté.

Rembrandt

Gand, capitale végétarienne

En Belgique, la ville de Gand prône le végétarisme hebdomadaire pour sauver la planète et réduire l’obésité.

La lutte contre le réchauffement climatique a trouvé en Belgique une nouvelle arme: la prohibition hebdomadaire de viande et poisson!

L’initiative pionnière sonne comme un tableau de René Magritte: «Les jeudis végétariens». Cette première mondiale est née à Gand, cité flamande historique de 240 000 âmes, nichée entre Bruxelles et Bruges. Depuis le 13 mai dernier, la Mairie a décidé de jouer la carte du végétarisme. Cette révolution a commencé dans les cantines des administrations et des établissements gastronomiques volontaires. A partir du 1er octobre, elle s’étend aux écoles publiques de la ville. 

Dans les cantines

«Il s’agit de lutter pour la réduction des gaz à effet de serre et contre l’obésité, explique Alain Tack, conseiller auprès de l’adjoint à l’environnement. Un récent rapport de la FAO, l’organisation de l’ONU pour l’alimentation, assure que la production et la consommation de viande sont responsables de 18% des émissions de gaz à effet de serre. Alors, quand l’association EVA (Ethical Vegetarian Alternative) est venue avec cette idée, toute l’équipe dirigeante a été unanime.»

Dès jeudi prochain, dans les assiettes des cantines scolaires publiques, place au soja frit, à la mayonnaise sans œufs et au caviar d’aubergine. Pour l’instant, aucun parent n’a fait jouer la possibilité d’une dérogation, signe de l’engouement que suscite une mesure déjà respectée par 93 restaurants. Il faut dire que les autorités ont mis les petits plats dans les grands pour assurer la promotion de l’opération. La Municipalité a décidé de distribuer des cartes à la population et aux touristes leur indiquant les restaurants végétariens, les cours de cuisine végétarienne et donnant des informations afin de limiter leur consommation de viande.

São Paulo intéressée

Le message est clair: la viande est source de pollution et peut se révéler nuisible pour la santé. «Consommée en trop grande quantité, la viande provoque des cancers, du cholestérol et de l’obésité, un problème croissant chez les jeunes», assène Tom Balthazar, adjoint chargé de l’environnement et instigateur des «jeudis végétariens».

Comment juger de la réussite ou non d’une telle mesure? «C’est un succès en termes d’engouement et de réceptivité. On a par exemple déjà constaté une hausse des offres végétariennes dans tous les restaurants», souligne Alain Tack. Nécessaire, inutile, futile ou salvatrice, l’initiative séduit déjà hors les frontières du Plat Pays.

Plusieurs villes, dont São Paulo, au Brésil, ont déjà contacté la Mairie et EVA pour l’importer chez elles. Aucune d’entre elles n’est suisse.

Date de la dépêche : 22 septembre 2009

Auteur : BENJAMIN ADLER

Source : Tribune de Genève

Mentions légales