le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Le plaisir se ramasse La joie se cueille Et le bonheur se cultive

Bouddha

J'aime mieux forger mon âme que la meubler.

Montaigne

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

L’origine de toute joie en ce monde est la quête du bonheur d’autrui.
L’origine de toute souffrance en ce monde est la quête de son propre bonheur.

Shantideva

La folie est de se comporter toujours de la même manière et de s’attendre à des résultats différents.

Albert Einstein

Il se pourrait qu’aucune pensée, si fugitive, si inavouée soit-elle, ne passe dans le monde sans laisser de trace.

Cesare Pavese

Ce dont vous avez besoin se présentera à vous si vous ne désirez pas ce dont vous n’avez pas besoin.

Nisargadatta Maharaj

Le plaisir peut s’appuyer sur l’illusion, mais le bonheur repose sur la réalité.

Chamfort

Ce qui ne se trouve pas en nous ne nous contrarie pas.

Hermann Hesse

La vie de chacun de nous n’est pas une tentative d’aimer, elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

Gand, capitale végétarienne

En Belgique, la ville de Gand prône le végétarisme hebdomadaire pour sauver la planète et réduire l’obésité.

La lutte contre le réchauffement climatique a trouvé en Belgique une nouvelle arme: la prohibition hebdomadaire de viande et poisson!

L’initiative pionnière sonne comme un tableau de René Magritte: «Les jeudis végétariens». Cette première mondiale est née à Gand, cité flamande historique de 240 000 âmes, nichée entre Bruxelles et Bruges. Depuis le 13 mai dernier, la Mairie a décidé de jouer la carte du végétarisme. Cette révolution a commencé dans les cantines des administrations et des établissements gastronomiques volontaires. A partir du 1er octobre, elle s’étend aux écoles publiques de la ville. 

Dans les cantines

«Il s’agit de lutter pour la réduction des gaz à effet de serre et contre l’obésité, explique Alain Tack, conseiller auprès de l’adjoint à l’environnement. Un récent rapport de la FAO, l’organisation de l’ONU pour l’alimentation, assure que la production et la consommation de viande sont responsables de 18% des émissions de gaz à effet de serre. Alors, quand l’association EVA (Ethical Vegetarian Alternative) est venue avec cette idée, toute l’équipe dirigeante a été unanime.»

Dès jeudi prochain, dans les assiettes des cantines scolaires publiques, place au soja frit, à la mayonnaise sans œufs et au caviar d’aubergine. Pour l’instant, aucun parent n’a fait jouer la possibilité d’une dérogation, signe de l’engouement que suscite une mesure déjà respectée par 93 restaurants. Il faut dire que les autorités ont mis les petits plats dans les grands pour assurer la promotion de l’opération. La Municipalité a décidé de distribuer des cartes à la population et aux touristes leur indiquant les restaurants végétariens, les cours de cuisine végétarienne et donnant des informations afin de limiter leur consommation de viande.

São Paulo intéressée

Le message est clair: la viande est source de pollution et peut se révéler nuisible pour la santé. «Consommée en trop grande quantité, la viande provoque des cancers, du cholestérol et de l’obésité, un problème croissant chez les jeunes», assène Tom Balthazar, adjoint chargé de l’environnement et instigateur des «jeudis végétariens».

Comment juger de la réussite ou non d’une telle mesure? «C’est un succès en termes d’engouement et de réceptivité. On a par exemple déjà constaté une hausse des offres végétariennes dans tous les restaurants», souligne Alain Tack. Nécessaire, inutile, futile ou salvatrice, l’initiative séduit déjà hors les frontières du Plat Pays.

Plusieurs villes, dont São Paulo, au Brésil, ont déjà contacté la Mairie et EVA pour l’importer chez elles. Aucune d’entre elles n’est suisse.

Date de la dépêche : 22 septembre 2009

Auteur : BENJAMIN ADLER

Source : Tribune de Genève

Mentions légales