le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur sous forme de destin.

C.G. jung

Lorsqu'il y a dix pas à faire vers quelqu'un, neuf n'est que la moitié du chemin.

Jules Barbey d'Aurevilly

C'est une absolue perfection, et comme divine, que de savoir jouir loyalement de son être.

Montaigne

Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède

Saint-Augustin

A l'hôtel de la décision, les gens dorment bien.

Proverbe persan

Si la moitié de nos souhaits étaient exaucés, nos soucis seraient doublés.

Benjamin Franklin

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Béni est celui qui a trouvé sa tâche. Qu’il ne cherche pas d’autre félicité.

Thomas Carlyle

Nous sommes dans l’inconcevable, mais avec des repères éblouissants.

René Char

Il faut toujours viser la lune car, même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles.

Oscar Wilde

Deux fois plus de leucémies de l’enfant près des centrales

C’est ce que titre Le Figaro, qui précise que « cette augmentation [du risque], constatée sur un très petit nombre de cas, n’est toutefois pas liée aux faibles radiations émises ».

Le journal se penche ainsi sur une étude menée par l’équipe du Dr Jacqueline Clavel, au Centre de recherches en épidémiologie et santé des populations (Inserm) en collaboration avec l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), et publiée dans le Journal of Cancer.
Le Figaro explique que « pour la période 2002-2007, les auteurs ont relevé 14 cas de leucémies aiguës chez des enfants de moins de 15 ans vivant dans un rayon de 5 km autour des centrales alors que 7,4 cas étaient statistiquement attendus ».
Le journal remarque que « le risque demeure cependant extrêmement faible », le Dr Clavel indiquant : « Cela n’a pas de sens de recommander aux parents de déménager. Tant qu’il n’y a pas de causes identifiées, il n’y a aucun moyen de savoir si le risque est lié à des caractéristiques de la dernière résidence occupée et si habiter en d’autres lieux permettrait de les éviter ».
« Il faut maintenant s’atteler à la recherche des paramètres qui pourraient expliquer cette augmentation, notamment grâce à des coopérations internationales qui permettront de travailler à plus grande échelle. C’est en identifiant les véritables causes que nous pourrons proposer des actions de prévention », 
poursuit la chercheuse.
Le Figaro précise que « les auteurs soulignent n’avoir retrouvé aucun excès de risque de leucémie dans les zones les plus exposées aux radiations. […] Le fait que le risque de leucémie soit supérieur uniquement pendant la période 2002-2007 ne plaide pas pour l’hypothèse d’un effet des radiations émises par les centrales. Celles-ci ont en effet diminué par rapport aux années 1990 ».
« L’étude ayant concerné les 19 centrales nucléaires françaises, les chercheurs en ont également conclu que l’excès de risque observé n’était pas spécifique d’une centrale particulière ou d’un type de centrale. En outre, aucun effet n’est observé au-delà de 5 km », 
ajoute le quotidien.
Le Parisien retient en bref que cette étude « met en doute le lien entre leucémie de l’enfant et nucléaire »,tandis que Libération titre : « Des leucémies infantiles à proximité des centrales nucléaires ».
Le journal note aussi que « sans établir de corrélation claire avec les radiations, [le Dr Jacqueline Clavel] «suggère un possible excès de risque» de ces cancers du sang à proximité des centrales ».
La Croix aborde aussi le sujet sur quelques lignes et cite la conclusion de l’étude : « Le lien avec les très faibles radiations ionisantes émises par les centrales en fonctionnement normal ne peut pas être établi ».

Date de la dépêche : 21 janvier 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Libération, Le Figaro, Le Parisien, La Croix

Mentions légales