le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Qu’est-ce que le bonheur, sinon le simple accord entre un être et l’existence qu’il mène.

Albert Camus

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à avoir de nouveaux yeux.

Marcel Proust

Pour cacher un mensonge, il faut mentir mille fois.

Proverbe indien

On n'a pas encore découvert que la nature est plus en profondeur qu'en surface.

Cézanne

La violence est ce qui ne parle pas.

Gilles Deleuze

Il faut toujours viser la lune car, même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles.

Oscar Wilde

Si mon esprit est loin, ce lieu l'est aussi.

Tao Yuanming

Le sage n’a aucune autre consistance que celle qui est dévolue au potier.

François Roustang

Il y a trois grands mystères de la nature : l'air pour l'oiseau, l'eau pour le poisson et l'homme pour lui-même.

Proverbe hindou

Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même

Confucius

Antilles : un insecticide augmente le risque de cancer de la prostate

Le chlordécone, insecticide utilisé jusqu’en 1993 dans les plantations de bananes de Guadeloupe et de Martinique, est lié à un risque accru de cancer de la prostate, conclut pour la première fois une étude de l’Inserm, Karuprostate.

L’équipe des Pr Luc Multigner et Pascal Blanchet, du CHU de Pointe à Pitre (Guadeloupe), a suivi une cohorte de 709 hommes récemment diagnostiqués avec un cancer de la prostate, comparés à un groupe témoin de 723 personnes, afin de vérifier que l’exposition au chlordécone avait un impact sur ce risque de tumeur.

Population à risque contaminée

Le chlordécone est un insecticide de la famille des produits organochlorés classé par l’OMS comme un perturbateur endocrinien et une substance cancérigène. Dans les Antilles françaises son utilisation a perduré jusque dans les années 90 pour lutter contre le charançon du bananier (Cosmopolites sordidus). Sur ces îles le taux de cancer de la prostate est très élevé: 169 cas pour 100.000 habitants (contre 141 pour la France métropolitaine).

Il est bien connu que le nombre de cancers de la prostate est plus élevé chez les groupes d’origine africaine: les Noirs-Américains et les Caribéens sont les populations les plus touchées de la planète. Pour autant, le risque lié à une exposition au chlordécone n’avait jamais été mesuré clairement aux Antilles. Des études ont récemment démontré que les sols, l’eau, certaines cultures (patates douces, choux, carottes..), les poissons, le bétail -et par conséquent les habitants des Antilles- sont contaminés par le chlordécone. Comme les autres produits organochlorés, il persiste très longtemps dans l’environnement.

Antécédents familiaux et mode de vie

Les résultats de l’étude Karuprostate révèle une augmentation significative du risque de cancer de la prostate lorsque la concentration sanguine de chlordécone est supérieure à 1 microgramme par litre.

Ce risque est également lié à des antécédents familiaux (des cancers de la prostate chez le père, le grand-père..) et au mode de vie. Les chercheurs ont effet constaté que le risque augmentait avec le séjour dans un pays industrialisé (généralement la métropole française). Le risque de cancer de la prostate est ainsi multiplié par cinq par rapport au reste de la population pour les hommes ayant des antécédents familiaux et ayant séjourné en métropole. Ce dernier élément pourrait s’expliquer par des changements d’habitudes alimentaires et des expositions à d’autres composants chimiques.

Ces résultats sont publiés aujourd'hui dans le Journal of Clinical Oncology.

Dérogation aux Antilles

La toxicité des pesticides organochlorés pour tous les organismes vivants a été démontrée dès 1969. En 1972 l’un de ces insecticides, le HCH, a été interdit en France. Puis ce fut au tour de la dieldrine, de l’aldrine, du lindane dans les années 90. Aux Antilles, le chlordécone utilisé au début des années 70 provenait des États-Unis, qui arrêtent sa fabrication en 1975. Après les cyclones de 1979 et 1980, une fois les stocks épuisés, un autre produit contenant du chlordécone est autorisé pour lutter contre le charançon dans des bananeraies fragilisées. Jusqu’à son retrait définitif en 1993, 3 kg de chlordécone par hectare ont été déversés plusieurs fois par an sur les plantations antillaises.

Date de la dépêche : 22 juin 2010

Auteur : Cécile Dumas

Source : Sciences et Avenir.fr

Mentions légales