le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Les gens ont toujours peur de la nouveauté. Pour faire du neuf, il faut se donner le droit à l'erreur.

Björk

Ce dont vous avez besoin se présentera à vous si vous ne désirez pas ce dont vous n’avez pas besoin.

Nisargadatta Maharaj

Tout ce que nous voyons pourrait aussi être autrement.

Ludwig Wittgenstein

Celui qui se nourrit de rêves, le vent l'emporte.

Proverbe turque

Soit on apprend à échouer, soit on échoue à apprendre.

Tal Ben Shahar

La confiance est un élément majeur : sans elle, aucun projet n'aboutit.

Eric Tabarly

La maladie, sa racine hébraïque « malaha » le révèle, consiste à tourner en rond.

Christiane Singer

L´homme pressé cherche la porte et passe devant.

Goethe

La seule chose promise d'avance à l'échec est celle que l'on ne tente pas.

Paul Emile Victor

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

Pourquoi l'Ipod abîme le cerveau

Pour la Science indique qu’« écouter régulièrement de la musique avec des écouteurs intra-auriculaires détruit des connexions cérébrales et diminue la capacité du cerveau à isoler les sons de leur environnement ».

Le magazine se penche ainsi sur une nouvelle publiée dans PLoS One par Hidehiko Okamoto et al., qui relate une expérience réalisée à Münster en Allemagne et à Okazaki au Japon, notant que « l'effet étudié se nomme «élargissement de l'accordage de fréquence». Il peut être perçu comme un émoussement des capacités auditives ».
Pour la Science explique qu’« initialement, le cerveau est «acéré», il distingue bien un son d'un bruit. On le constate en faisant écouter à des sujets un son de fréquence donnée, puis, immédiatement après, un bruit composé d'une multitude de fréquences à l'exception de celle précédemment diffusée. Le cerveau inhibe automatiquement la perception du bruit qui suit le son pur ».
« Or, chez les personnes testées, âgées de 23 ans en moyenne et écoutant 2 heures de musique par jour depuis au moins 2 ans, cette capacité est en partie perdue. Le cerveau extrait moins bien un son particulier du bruit de fond », 
note le mensuel.
Le magazine précise que « la cause réside probablement dans les circuits neuronaux du cortex auditif responsable de la perception des sons. Chaque fréquence auditive y est analysée par un groupe spécifique de neurones. En outre, les neurones percevant une fréquence donnée sont reliés à leurs voisins (lesquels sont sensibles à la fréquence contiguë) par des connexions horizontales inhibitrices. Les neurones activés diminuent l'activité de leurs voisins : le son se détache alors du fond sonore. Or la stimulation répétée du système auditif par des intensités sonores excessives détruit une partie de ces connexions inhibitrices ».
Pour la Science relève que cette « perte de discrimination auditive » « peut se manifester par une mauvaise compréhension d'une conversation particulière dans un environnement bruyant, des difficultés de concentration ou encore une moindre réactivité en cas de danger ».
« Ainsi, cet individu n'entendra pas qu'on lui crie qu'un véhicule va le percuter alors qu'il traverse [la rue] sans faire attention. Et ce, même s'il a retiré son Ipod pour traverser », 
conclut le magazine.


Date de la dépêche : 09 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Pour la Science, avril 2011

Mentions légales