le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La folie est de se comporter toujours de la même manière et de s’attendre à des résultats différents.

Albert Einstein

Se ménager du temps est nécessaire pour l’esprit. Pour l’esprit, il faut du temps perdu

Paul Valéry

D'abord ils vous ignorent, puis ils vous raillent, ensuite ils vous combattent, enfin vous gagnez

Gandhi

La différence entre ce que nous désirons et ce que nous redoutons est à peine plus épaisse qu’un cil.

Jay Mc Inerney

Lorsqu'il n'y a plus rien à faire, que faites-vous?

Koan zen

Je marche pour savoir où je vais

Goethe

Tu connais l’utilité mais connais-tu l’utilité de l’inutile ?

Lao Tseu

De nos maladies, la plus sauvage est de mépriser notre être.

Montaigne

L'essentiel n'est pas de faire nombre, mais d'être signe.

Jean Paul II

Les gens ont toujours peur de la nouveauté. Pour faire du neuf, il faut se donner le droit à l'erreur.

Björk

L'exposition prénatale aux pesticides diminuerait l'intelligence

Le Monde fait savoir que « les enfants qui, lorsqu'ils étaient dans le ventre de leur mère, ont été exposés à des pesticides, risquent d'avoir un quotient intellectuel nettement inférieur aux autres vers l'âge de 7 ans, selon trois études, […] deux menées à New York et une autre dans une communauté agricole de Californie ».

Le quotidien explique que « l'une de ces études, menée par une équipe de l'université de Berkeley en Californie, établit qu'un décuplement de l'exposition prénatale aux pesticides organophosphorés a pour conséquence une baisse de 5,5 points dans les tests de QI des enfants en question à l'âge de 7 ans ».
Le Monde indique que les deux autres études, « celle de Berkeley et celle du Centre médical Mount Sinai, ont analysé les résidus de pesticides contenus dans l'urine maternelle, tandis que l'équipe de l'université de Columbia a testé le niveau de chlorpyrifos dans les cordons ombilicaux. Le chlorpyrifos appartient à une catégorie de pesticides appelés les organophosphorés, dont la toxicité pour les cellules du cerveau a été démontrée ».
Le journal rappelle que « jusqu'à l'interdiction de son utilisation à l'intérieur des habitations, décidée en 2001 par l'Agence américaine de protection de l'environnement, le chlorpyrifos était l'un des insecticides les plus largement répandus dans les maisons ».

Date de la dépêche : 09 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Monde

Mentions légales