le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Ce dont vous avez besoin se présentera à vous si vous ne désirez pas ce dont vous n’avez pas besoin.

Nisargadatta Maharaj

Le mental vit dans un cercle vicieux. Il crée lui-même les problèmes et essaie ensuite de les résoudre.

Swami Prajnanpad

J'aime mieux forger mon âme que la meubler.

Montaigne

Le bonheur ne se trouve pas dans les choses ou les événements mais dans le regard que l’on porte sur eux.

Faouzi Skali

D'abord ils vous ignorent, puis ils vous raillent, ensuite ils vous combattent, enfin vous gagnez

Gandhi

Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots.

Pythagore

L´homme pressé cherche la porte et passe devant.

Goethe

Une mauvaise herbe est une plante dont on n'a pas encore trouvé les vertus.

Emerson

Le plaisir peut s’appuyer sur l’illusion, mais le bonheur repose sur la réalité.

Chamfort

Il est peu et de réussites faciles, et d'échecs définitifs.

Marcel Proust

L'exposition prénatale aux pesticides diminuerait l'intelligence

Le Monde fait savoir que « les enfants qui, lorsqu'ils étaient dans le ventre de leur mère, ont été exposés à des pesticides, risquent d'avoir un quotient intellectuel nettement inférieur aux autres vers l'âge de 7 ans, selon trois études, […] deux menées à New York et une autre dans une communauté agricole de Californie ».

Le quotidien explique que « l'une de ces études, menée par une équipe de l'université de Berkeley en Californie, établit qu'un décuplement de l'exposition prénatale aux pesticides organophosphorés a pour conséquence une baisse de 5,5 points dans les tests de QI des enfants en question à l'âge de 7 ans ».
Le Monde indique que les deux autres études, « celle de Berkeley et celle du Centre médical Mount Sinai, ont analysé les résidus de pesticides contenus dans l'urine maternelle, tandis que l'équipe de l'université de Columbia a testé le niveau de chlorpyrifos dans les cordons ombilicaux. Le chlorpyrifos appartient à une catégorie de pesticides appelés les organophosphorés, dont la toxicité pour les cellules du cerveau a été démontrée ».
Le journal rappelle que « jusqu'à l'interdiction de son utilisation à l'intérieur des habitations, décidée en 2001 par l'Agence américaine de protection de l'environnement, le chlorpyrifos était l'un des insecticides les plus largement répandus dans les maisons ».

Date de la dépêche : 09 juin 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Monde

Mentions légales