le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Celui qui se nourrit de rêves, le vent l'emporte.

Proverbe turque

On devrait attacher moins d'importance à ce que l'on va faire qu'à ce que l'on est.

Maître Eckart

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

Il faut un obstacle nouveau pour un savoir nouveau.

Henri Michaux

Les gens ont toujours peur de la nouveauté. Pour faire du neuf, il faut se donner le droit à l'erreur.

Björk

Quand on dure assez longtemps on a vu tout et le contraire de tout.

Montaigne

La vie de chacun de nous n’est pas une tentative d’aimer, elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

A l'hôtel de la décision, les gens dorment bien.

Proverbe persan

Personne ne peut vous révéler plus que ce qui repose déjà dans l'aube de vos connaissances.

Khalil Gibran

Méditer, c’est s’abriter dans le présent.

Fabrice Midal

Une première recherche lancée sur l’hypersensibilité aux ondes

Denis Sergent relève dans La Croix qu’« à l’occasion d’une journée d’étude organisée par l’Anses sur l’effet potentiel des radiofréquences sur la santé humaine, a été présenté le premier projet de recherche français sur l’hypersensibilité électromagnétique ».

Le journaliste rappelle ainsi que « «l’hypersensibilité électromagnétique» fait partie des syndromes médicalement inexpliqués. Comme la fatigue chronique ou le syndrome de la guerre du Golfe, l’hypersensibilité électromagnétique est un motif de consultation médicale de plus en plus fréquent. […] Les sujets électrosensibles considèrent les antennes relais, les téléphones mobiles, les ordinateurs, les lignes électriques ou divers appareils domestiques comme la cause possible de leurs symptômes. À ce jour, quelques pistes de recherche ont été scrutées : perturbation du système immunitaire, dysfonctionnements génétiques, état de stress… Mais aucune n’a fourni une réponse bien précise ». Gérard Lasfargues, chef du département des expertises à l’Anses, remarque pour sa part que « ces patients constituent une part non négligeable de la clientèle des médecins généralistes, totalisant jusqu’à quelques milliers de personnes ».  Denis Sergent se penche donc sur cette étude de 3 ans que vient de lancer le neurologue Jean-Pierre Marc-Vergnes (Inserm-université de Toulouse), expliquant que le chercheur « émet l’hypothèse que ces troubles d’électrosensibilité sont dus à un dysfonctionnement sensitif, central ou périphérique. Des chercheurs autrichiens viennent de montrer que, parmi 1 500 hommes et femmes, une trentaine d’électrosensibles sont plus sensibles à la simple application d’un petit courant électrique à la surface de leur peau ». Jean-Pierre Marc-Vergnes déclare ainsi : « Nous allons tester si les électrosensibles présentent également une hypersensibilité au niveau de leur cerveau, notamment des aires corticales, au moment où on les soumet à l’action d’un champ électromagnétique ».


Date de la dépêche : 05 octobre 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : La Croix

Mentions légales