le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Nous nous rendons pitoyables ou nous nous rendons forts. La quantité de travail à fournir est la même.

Carlos Castaneda

D'abord ils vous ignorent, puis ils vous raillent, ensuite ils vous combattent, enfin vous gagnez

Gandhi

Si quelqu’un me guérit et me retire mon mal, j’entends aussi qu’il me hisse au niveau de conscience que j’aurais atteint si j’avais moi-même résolu ce que ce mal devait m’apprendre. Sinon, s’il me laisse dans le même état de conscience après m’avoir retiré mon mal, il me vole l’outil de croissance que peut être cette maladie.

Yvan Amar

Le sage n’a aucune autre consistance que celle qui est dévolue au potier.

François Roustang

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

De votre ami dites du bien ; de votre ennemi, ne dites rien.

Proverbe anglais

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

La Nature, pour être commandée, doit être obéie.

Francis Bacon

Réserve une demi-heure chaque jour à la prière, sauf lorsque tu as beaucoup à faire. Dans ce cas prends une heure.

François de Sales

Le trop de quelque chose est le manque de quelque chose.

Proverbe arabe

Une bactérie serait impliquée dans le cancer du côlon

Le Figaro note en effet que « selon les travaux publiés simultanément par deux équipes nord-américaines dans la revue Genome Research, une bactérie habituellement peu répandue dans le tube digestif terminal, fusobacterium, est curieusement présente en abondance dans certains cancers du côlon ».

Le journal explique que « l’équipe de Matthew Meyerson, à Harvard (États-Unis), l’a par exemple constaté en analysant l’intégralité du génome présent dans des carcinomes colorectaux ». L’un des coauteurs, le Dr Aleksandar Kostic (Harvard), écrit que ces « résultats démontrent une association entre fusobacterium et les cancers du côlon. Cela soulève la possibilité que fusobacterium puisse jouer un rôle moteur dans la cancérogénèse ».
Le chercheur précise toutefois qu’« il est possible que fusobacterium s’accumule là après que la tumeur se soit formée ».
Le Figaro ajoute que « l’autre équipe de chercheurs, canadiens cette fois, a identifié la même bactérie, dans des échantillons congelés de tumeurs du côlon ».
Le Pr Jean-Philippe Merlio, chef du service de biologie des tumeurs au CHU de Bordeaux, réagit à ces publications : « Pour dire qu’un cancer est lié à une bactérie, il faut non seulement une association mais aussi une preuve de la responsabilité de l’agent infectieux et avoir vérifié la possibilité de l’inhiber ».
Le Dr Kostic remarque pour sa part que « pour démontrer le rôle causal de fusobacterium dans la cancérogénèse du cancer, s’il y en a un, on devra introduire la bactérie dans des souris et constater le développement de cancers du côlon. Il faudra ensuite prélever ces bactéries sur ces souris, les introduire dans d’autres et provoquer ainsi de nouveaux cancers du côlon ».
Le Figaro note en outre que le Dr François Ghiringhelli, cancérologue digestif et directeur de recherche d’une unité Inserm sur la chimiothérapie et la réponse immunitaire à Dijon, « n’écarte pas la possibilité que l’écologie bactérienne du côlon puisse être un facteur déclenchant de cancer ».
Le spécialiste déclare que « suivant l’alimentation, on pourrait modifier la flore intestinale et favoriser la carcinogénèse. Ici, c’est une bactérie qui pourrait jouer un rôle dans l’initiation ou le développement des cancers du côlon. Si cela se confirme, s’ouvriraient alors des perspectives thérapeutiques en éliminant la bactérie ».
Le quotidien observe que « les implications de cette découverte vont au-delà puisque, s’il s’avère que la bactérie favorise effectivement le développement des cancers, le Dr Ghiringhelli estime que cela obligera à mieux préciser l’influence de la chimiothérapie sur la flore intestinale ».
Le Figaro rappelle enfin que « selon des chercheurs anglais, l’infection à fusobacterium pourrait être impliquée dans l’émergence d’un cancer par un dérèglement des mécanismes de défense immunitaire. Reste un mystère : comment une bactérie que l’on trouve plus souvent dans la bouche que dans le côlon s’est-elle retrouvée là ? », conclut le journal.

Date de la dépêche : 20 octobre 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales