le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre

Marc Aurèle

L´homme pressé cherche la porte et passe devant.

Goethe

Le plaisir peut s’appuyer sur l’illusion, mais le bonheur repose sur la réalité.

Chamfort

Le chute n'est pas un échec, l'échec est de rester là où on est tombé.

Socrate

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

Le réel montre plus de relationnel que de rationnel.

Michel Serres

Que de maladies qui ne sont en réalité que des guérisons

Il existe un curieux paradoxe : quand je m'accepte tel que je suis, alors je peux changer.

Carl Rogers

La Nature, pour être commandée, doit être obéie.

Francis Bacon

Lorsqu'il n'y a plus rien à faire, que faites-vous?

Koan zen

Un pas de géant en génétique

Martine Perez remarque dans Le Figaro qu’« on pensait jusque là qu'une partie de l'ADN ne servait à rien », et note qu’« une équipe internationale de 400 chercheurs vient de découvrir que [« l’ADN poubelle »] joue en réalité un rôle essentiel dans la régulation de l'activité des gènes et dans certaines maladies ».

La journaliste explique que « la grande majorité de cet «ADN poubelle» «serait en fait une vaste table de contrôle avec des millions d'interrupteurs régulant l'activité de nos gènes. Sans ces interrupteurs, les gènes ne fonctionneraient pas et des mutations dans ces régions pourraient induire des maladies», souligne un résumé de ces travaux publiés dans plusieurs revues dont Nature et Science ». Martine Perez note ainsi que « dans le vaste projet Encode lancé en 2003 pour réaliser une gigantesque encyclopédie de l'ADN, l'équipe de chercheurs vient d'identifier 4 millions d'«interrupteurs» génétiques ». Ewan Birney, du Laboratoire européen de biologie moléculaire et de bio-informatique (LEBM-IEB), coordonnateur en chef de l'analyse, souligne que « notre génome est en vie grâce à ces millions d'interrupteurs qui déterminent si un gène doit être “allumé” ou “éteint” ». De son côté, Iam Durham, chercheur au LEBM-IEB, note que « dans la plupart des cas nous savons quels gènes jouent un rôle dans une maladie, mais pas quels interrupteurs sont impliqués », ajoutant que cette étude livre des « pistes prometteuses pour la découverte de mécanismes clés dans les maladies ».

Date de la dépêche : 12 septembre 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales