le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

C'est une folie que de vouloir guérir le corps sans vouloir guérir l'esprit.

Platon

L’obstacle est matière à action.

Marc Aurèle

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

Les gens ont toujours peur de la nouveauté. Pour faire du neuf, il faut se donner le droit à l'erreur.

Björk

La maladie, sa racine hébraïque « malaha » le révèle, consiste à tourner en rond.

Christiane Singer

Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots.

Pythagore

L’amitié double les joies et réduit de moitié les peines.

Francis Bacon

J'aime mieux forger mon âme que la meubler.

Montaigne

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

Accepter les dépendances que nous impose la nature, c’est la sagesse, les aimer, c’est le bonheur.

Bernard Grasset

Un pas de géant en génétique

Martine Perez remarque dans Le Figaro qu’« on pensait jusque là qu'une partie de l'ADN ne servait à rien », et note qu’« une équipe internationale de 400 chercheurs vient de découvrir que [« l’ADN poubelle »] joue en réalité un rôle essentiel dans la régulation de l'activité des gènes et dans certaines maladies ».

La journaliste explique que « la grande majorité de cet «ADN poubelle» «serait en fait une vaste table de contrôle avec des millions d'interrupteurs régulant l'activité de nos gènes. Sans ces interrupteurs, les gènes ne fonctionneraient pas et des mutations dans ces régions pourraient induire des maladies», souligne un résumé de ces travaux publiés dans plusieurs revues dont Nature et Science ». Martine Perez note ainsi que « dans le vaste projet Encode lancé en 2003 pour réaliser une gigantesque encyclopédie de l'ADN, l'équipe de chercheurs vient d'identifier 4 millions d'«interrupteurs» génétiques ». Ewan Birney, du Laboratoire européen de biologie moléculaire et de bio-informatique (LEBM-IEB), coordonnateur en chef de l'analyse, souligne que « notre génome est en vie grâce à ces millions d'interrupteurs qui déterminent si un gène doit être “allumé” ou “éteint” ». De son côté, Iam Durham, chercheur au LEBM-IEB, note que « dans la plupart des cas nous savons quels gènes jouent un rôle dans une maladie, mais pas quels interrupteurs sont impliqués », ajoutant que cette étude livre des « pistes prometteuses pour la découverte de mécanismes clés dans les maladies ».

Date de la dépêche : 12 septembre 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales