le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Le plaisir se ramasse La joie se cueille Et le bonheur se cultive

Bouddha

La perfection est la tranquillité dans le désordre

Zhuangzi

Il faut perdre la moitié de son temps pour pouvoir employer l’autre.

Locke

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

Le chute n'est pas un échec, l'échec est de rester là où on est tombé.

Socrate

Ne pas chercher à ne pas souffrir ni à moins souffrir, mais à ne pas être altéré par la souffrance.

Simone Weil

Une petite impatience ruine un grand projet.

Confucius

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

L’avenir, tu n’as pas à le prévoir, tu as à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry

Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur sous forme de destin.

C.G. jung

L'extraordinaire histoire de la petite fille aux deux cœurs

C’est sous ce titre que Le Figaro consacre un article à Hannah Clark, une Britannique de 16 ans dont « l’ablation du cœur greffé du fait de complications graves a mis en évidence la guérison incroyable de son cœur naturel, malade depuis sa naissance ».

Le journal explique que « Hannah est atteinte d'une maladie du cœur, une cardiomyopathie au pronostic très sombre. Immédiatement inscrite sur la liste d'attente des superurgences, pour une greffe cardiaque, Hannah est opérée en juillet 1995 ».
Le quotidien note que « le Pr Magdi Yacoub, pionnier britannique des greffes pulmonaires et cardiaques, installe dans sa poitrine, un cœur de donneur (d'un bébé de 5 mois), mais au lieu de retirer le cœur malade de la fillette, il le laisse en place. Le minuscule cœur greffé est installé en parallèle et joue en quelque sorte le rôle d'une assistance ventriculaire pour aider le cœur malade à pomper le sang dans l'organisme ».

Le Figaro indique qu’en 2001, « Hannah est victime d'une complication classique des médicaments [antirejet]. On diagnostique chez elle une forme de cancer baptisée «syndrome lymphoprolifératif», une tumeur maligne, activée par le virus d'Ebstein-Barr, qui s'est installé en elle grâce aux immunosuppresseurs ».
Le journal explique que « pour stopper la progression du cancer, les médecins ont diminué les doses de médicaments immunosuppresseurs et son greffon n'est plus protégé contre le phénomène de rejet. La seule solution possible pour sortir de cette boucle infernale, c'est de retirer le greffon cardiaque ».
Le quotidien remarque que « trois ans et demi après l'ablation de ce cœur greffé sans lequel on pensait qu'elle ne pourrait pas vivre, Hannah est en pleine santé ».

« Cet apparent miracle médical laisse, selon le Pr Yacoub, entrevoir la possibilité de greffes cardiaques temporaires en l'attente de la guérison spontanée du cœur malade », conclut Le Figaro.
Le Parisien aborde également ce cas relaté dans le Lancet, « seul exemple au monde où le cœur défaillant d’un enfant s’est rétabli au point de pouvoir retirer le greffon ».
Le journal cite le Pr Yacoub, qui a déclaré, lors d’une conférence de presse : « C’est tout simplement du ressort de la magie ! ».

Date de la dépêche : 15 juillet 2009

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro, Le Parisien

Mentions légales