le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Ne néglige pas le temps pour te construire.

Proverbe chinois

Tout ce que nous voyons pourrait aussi être autrement.

Ludwig Wittgenstein

Le premier ennemi à combattre est à l'intérieur de soi. Souvent, c'est le seul.

Christine Orban

Vivre simplement pour que simplement d'autres puissent vivre

Gandhi

Le réel montre plus de relationnel que de rationnel.

Michel Serres

Ce dont vous avez besoin se présentera à vous si vous ne désirez pas ce dont vous n’avez pas besoin.

Nisargadatta Maharaj

Celui qui est charnel l'est jusque dans les choses de l'esprit ; celui qui est spirituel l'est jusque dans les choses de la chair.

Saint Augustin

La santé c'est être capable de tomber malade et de s'en relever

Georges Canguilhem

Il faut toujours viser la lune car, même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles.

Oscar Wilde

La santé dépend plus des précautions que des médecins.

Bossuet

L'évolution nous aurait rendu plus intelligents et plus fragiles face au cancer

Des scientifiques émettent une hypothèse : avoir un cerveau plus développé que les chimpanzés aurait eu comme effet secondaire de nous rendre plus fragile face au cancer.

Nous avons un cerveau plus développé en volume que les chimpanzés, nos cousins évolutifs. Mais y a t-il un revers à la médaille ? Une plus grande vulnérabilité face au cancer serait le prix à payer. C'est une possibilité avancée par les chercheurs de l'Institut Technologique de Georgie.
En analysant des extraits de cerveaux, de testicules, de foies, de reins et de coeurs prélevés chez des chimpanzés et des humains, les chercheurs ont remarqué que ces singes ont un taux de cancer plus bas que nous. Ils ont un mécanisme de destruction des cellules, l'apoptose, qui est très efficace pour détruire les cellules âgées pouvant devenir cancéreuses. Au contraire, l'évolution aurait sélectionné un mécanisme d'apoptose plus faible chez l'être humain, ce qui limite la destruction des cellules du cerveau, aboutissant à un volume plus important. Mais ce mécanisme a pour effet secondaire de laisser en vie des cellules âgées, potentiellement cancéreuses.
Cette hypothèse devrait être testée sous peu. Rappelons que les chimpanzés ont aussi en leur faveur une activité physique importante et un régime alimentaire différent du notre.

Date de la dépêche : 16 juin 2009

Auteur : Sylvain DUVAL

Source : LaNutrition.fr

Mentions légales