le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L’espérance est un risque à courir

Georges Bernanos

Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie.

Proverbe chinois

Le chute n'est pas un échec, l'échec est de rester là où on est tombé.

Socrate

Une blessure écoute toujours plus, finalement, qu’une oreille.

Henry Bauchau

La perfection est atteinte non pas quand il n'y a plus rien à ajouter mais lorsqu'il n'y a plus rien à retrancher.

Saint-Exupéry

Pour cacher un mensonge, il faut mentir mille fois.

Proverbe indien

L’amitié double les joies et réduit de moitié les peines.

Francis Bacon

J'aime mieux forger mon âme que la meubler.

Montaigne

De la simplicité, de la simplicité, de la simplicité ! Oui, que vos affaires soient comme deux ou trois, et non cent ou mille.

Henry David Thoreau

Se ménager du temps est nécessaire pour l’esprit. Pour l’esprit, il faut du temps perdu

Paul Valéry

Les médicaments des profondeurs

C’est ce que titre Sciences et Avenir, qui relève que « le venin des escargots de mer contient des substances dont le potentiel pharmacologique est important ».

Sciences et Avenir explique qu’« une équipe internationale de chercheur a examiné le venin du Cône strié (Conus striatus). Ils ont pu prouver qu'un des peptides (Conkunitzin-S1) contenu dans son venin modifie la libération d'insuline dans les cellules du pancréas. Leurs résultats ont récemment été publiés dans la revue de médecine moléculaire EMBO ».
Le Pr Heinrich Terlau (Université de Kiel, Allemagne) indique que « ce lien pourrait éventuellement être une nouvelle approche pour le traitement du diabète de type 2 ».
Le magazine précise que cette substance « se lie à un canal spécifique du potassium dans les cellules du pancréas et conduit à une libération temporaire accrue d’insuline si le niveau de sucre dans le sang est élevé. Son effet très spécifique permet d’éviter les risques d’hypoglycémie consécutifs à certains antidiabétiques oraux ».
Sciences et Avenir ajoute que « des premiers tests sur des rats ont confirmé cette absence d’effets indésirables. Les chercheurs travaillent maintenant «sur une façon d’administrer ce peptide par voie orale», résume Heinrich Terlau ».

Date de la dépêche : 17 mai 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Sciences et Avenir

Mentions légales