le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Tout ce que nous voyons pourrait aussi être autrement.

Ludwig Wittgenstein

L'esprit a beau faire plus de chemin que le coeur, il ne va jamais si loin.

Proverbe chinois

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

Le trop de quelque chose est le manque de quelque chose.

Proverbe arabe

L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être.

Henry Bauchau

L´échec est le fondement de la réussite.

Lao-Tseu

Le sage n’a aucune autre consistance que celle qui est dévolue au potier.

François Roustang

Tu cesseras de craindre en cessant d’espérer

Sénèque

Il faut un obstacle nouveau pour un savoir nouveau.

Henri Michaux

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

Les médicaments des profondeurs

C’est ce que titre Sciences et Avenir, qui relève que « le venin des escargots de mer contient des substances dont le potentiel pharmacologique est important ».

Sciences et Avenir explique qu’« une équipe internationale de chercheur a examiné le venin du Cône strié (Conus striatus). Ils ont pu prouver qu'un des peptides (Conkunitzin-S1) contenu dans son venin modifie la libération d'insuline dans les cellules du pancréas. Leurs résultats ont récemment été publiés dans la revue de médecine moléculaire EMBO ».
Le Pr Heinrich Terlau (Université de Kiel, Allemagne) indique que « ce lien pourrait éventuellement être une nouvelle approche pour le traitement du diabète de type 2 ».
Le magazine précise que cette substance « se lie à un canal spécifique du potassium dans les cellules du pancréas et conduit à une libération temporaire accrue d’insuline si le niveau de sucre dans le sang est élevé. Son effet très spécifique permet d’éviter les risques d’hypoglycémie consécutifs à certains antidiabétiques oraux ».
Sciences et Avenir ajoute que « des premiers tests sur des rats ont confirmé cette absence d’effets indésirables. Les chercheurs travaillent maintenant «sur une façon d’administrer ce peptide par voie orale», résume Heinrich Terlau ».

Date de la dépêche : 17 mai 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Sciences et Avenir

Mentions légales