le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La personne qui entre d'un côté de l'expérience méditative n'est pas la même que celle qui sort de l'autre côté.

Gunaratana

Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre.

Albert Einstein

J'aime mieux forger mon âme que la meubler.

Montaigne

Quand tu rencontres un obstacle, fais-en ta cible.

Paul Smith

C'est une folie que de vouloir guérir le corps sans vouloir guérir l'esprit.

Platon

Chacun de nous est sans limites ; chacun de nous est inévitable ; chacun de nous avec son droit sur la Terre.

Walt Whitman

Notre problème n’est pas que nous ne sachions pas faire les choses mais que nous ne savons pas ce que nous voulons.

Théodore Monod

D'abord ils vous ignorent, puis ils vous raillent, ensuite ils vous combattent, enfin vous gagnez

Gandhi

La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas

Paul Emile Victor

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal. Il n’est aucune histoire si terrible, aucun accident du sort… dont la nature humaine, par patience ne puisse venir à bout.

Euripide

Le système immunitaire joue un rôle dans Parkinson

Sciences et Avenir relève que selon des travaux de chercheurs de l'Inserm et de l'université Pierre-et-Marie-Curie à Paris, « en s'infiltrant dans le cerveau, des cellules du système immunitaire, les lymphocytes T, contribueraient à détruire les neurones atteints dans la maladie de Parkinson ».

Le magazine se penche ainsi sur ces travaux sur des souris menés par Stéphane Hunot et relatés dans The Journal of Clinical Investigation, observant que « c'est en examinant les cerveaux de patients décédés que l'idée est venue aux chercheurs : les neurones détruits par la maladie, et eux seuls, étaient cernés par des lymphocytes T ». « Or ces acteurs majeurs du système immunitaire sont normalement peu fréquents dans le tissu nerveux », rappelle Sciences et Avenir.

Le mensuel cite Etienne Hirsch, qui dirige le laboratoire, qui indique : « Nous avons déjà montré que les neurones meurent par apoptose ou mort programmée au cours de la maladie. Et nous savons maintenant que les lymphocytes T sont bien capables de déclencher cette apoptose ».

« Pour arriver aux endroits précis où le cerveau est atteint, les lymphocytes T doivent recevoir un signal d'accès, à partir des vaisseaux sanguins voisins. Notre objectif est désormais de neutraliser ce signal pour bloquer la destruction des neurones par le système immunitaire », continue le chercheur.

Date de la dépêche : 19 mars 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : Les cahiers du Parkinson N°47/Sciences et avenir, mars 2009

Mentions légales