le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Tout le monde veut vivre plus longtemps, mais personne ne veut devenir vieux.

Jonathan Swift

Lorsqu'il y a dix pas à faire vers quelqu'un, neuf n'est que la moitié du chemin.

Jules Barbey d'Aurevilly

Changer le passé, les dieux eux-mêmes y sont impuissants.

Henri Heine

Souvent au lieu de penser on se fait des idées

Louis Scutenaire

Il y a trois grands mystères de la nature : l'air pour l'oiseau, l'eau pour le poisson et l'homme pour lui-même.

Proverbe hindou

Le réel montre plus de relationnel que de rationnel.

Michel Serres

Qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu'il mène.

Albert Camus

J’ai toujours su que pour réussir dans le monde, il fallait avoir l’air fou et être sage.

Montesquieu

Nous sommes dans l’inconcevable, mais avec des repères éblouissants.

René Char

"oui" et "non" sont les mots les plus courts et les plus faciles à prononcer, et ceux qui demandent le plus d’examen

Talleyrand

Le nouveau défi du Pr Lantieri

C’est ce que titre Le Parisien, qui indique sur près d’une page que « le pape de la greffe du visage prend la direction de la première plate-forme de chirurgie plastique et reconstructrice de France, à Paris. Il a déjà opéré des femmes atteintes de tumeur en pratiquant une technique très peu utilisée jusqu’à présent ».

Le Pr Laurent Lantieri précise que « c’est un service itinérant entre l’Hôpital européen Georges-Pompidou et l’hôpital Necker-Enfants malades. […] Il y a un chantier qui me tient particulièrement à cœur, c’est la reconstruction mammaire pour les femmes victimes d’un cancer du sein ».
Le Parisien remarque en effet que « selon une étude que vient de publier l’Institut Curie, seules 30% des patientes atteintes d’une telle pathologie se font reconstruire le sein après une ablation chirurgicale ».
« Pour Laurent Lantieri, c’est surtout le manque d’information concernant les différentes techniques existantes qui les freine à retrouver une belle poitrine après une mastectomie », 
note le quotidien.
Le chirurgien remarque qu’« elles ne savent pas – parce qu’on ne leur dit pas – que l’ablation et la reconstruction peuvent se faire durant la même opération. A la décharge de mes collègues, seule une poignée de chirurgiens, dont je fais partie, pratiquent la technique Diep, qui existe pourtant depuis plus de 15 ans. Or c’est une méthode de reconstruction beaucoup plus esthétique et confortable que ce qui est couramment pratiqué aujourd’hui ».
Le Parisien rappelle que cette technique (Deep Inferior Epigastric« consiste à prélever un bout du ventre de la patiente et de rebrancher le tout sur son thorax pour lui resculpter un sein », ajoutant que l’intervention, qui« dure en moyenne 5 heures » et est « prise en charge par la Sécurité sociale, est plus naturelle et beaucoup moins douloureuse » que la technique classique.


Date de la dépêche : 20 octobre 2011

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Parisien

Mentions légales