le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Il existe un curieux paradoxe : quand je m'accepte tel que je suis, alors je peux changer.

Carl Rogers

Une petite impatience ruine un grand projet.

Confucius

Méditer, c’est s’abriter dans le présent.

Fabrice Midal

L'homme est né libre, de ses penchants il se construit une prison, sans s'en rendre compte, il en devient prisonnier.

Khalil Gibran

A l'hôtel de la décision, les gens dorment bien.

Proverbe persan

J’ai toujours su que pour réussir dans le monde, il fallait avoir l’air fou et être sage.

Montesquieu

Personne ne peut vous révéler plus que ce qui repose déjà dans l'aube de vos connaissances.

Khalil Gibran

L'homme ne vit pas cent ans et se fait du souci pour mille.

Proverbe chinois

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

Choisir son temps, c'est l'épargner.

Francis Bacon

Le cerveau en cause dans l’obésité

L’Humanité note en bref que « des chercheurs du CNRS ont publié, hier sur le site de la revue EMBO Journal, l’hypothèse que le cerveau pourrait être le siège du dérèglement initial conduisant à l’obésité mais aussi au diabète de type 2 et des maladies cardio-vasculaires ».

Le journal retient que « ces études menées sur la souris ont confirmé que certains de nos neurones contrôlent la prise alimentaire mais coordonnent également l’action des organes comme le foie, le pancréas ou les muscles afin d’optimiser l’utilisation des nutriments comme les lipides ou les glucides ». Le Monde remarque pour sa part que « des études avaient montré une association entre les concentrations de bisphénol A (BPA) dans les urines d'adultes et un risque accru d'obésité. Une nouvelle publication indique pour la première fois qu'il en est de même chez les enfants et les adolescents ». Le quotidien explique que « l'étude, conduite par Leonardo Trasande (université de New York) et publiée dans le JAMA, a passé en revue les données de 2 838 individus âgés de 6 ans à 19 ans. Les jeunes du quart de l'échantillon ayant les concentrations urinaires de BPA les plus élevées présentaient un risque plus que doublé d'être obèses par rapport à ceux du quart présentant les concentrations les plus basses (22,3% d'obèses chez les premiers et 10,3% pour les autres) ». Le journal relève que « selon les auteurs, l'alimentation - à travers les contenants alimentaires - apporterait 99% du BPA absorbé par les enfants d'âge préscolaire ». Le Monde note par ailleurs que « le lien suspecté entre BPA et obésité n'est pas le seul mis en évidence. A deux reprises, des travaux ont montré une corrélation entre les niveaux d'anxiété et des troubles de l'attention de jeunes enfants et leur exposition au BPA in utero ».

Date de la dépêche : 21 septembre 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : L’Humanité , Le Monde

Mentions légales