le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Je pensais regarder le monde, et c’est le monde qui me regarde.

Saint François d’Assise

L’amitié double les joies et réduit de moitié les peines.

Francis Bacon

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité ; un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté.

Sir Winston Churchill

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

Il n’est pas une seule chose qui échappe au moment présent.

Dogen

Il n'y a pas d'autre bonheur que la paix.

Proverbe thaï

Nous nous rendons pitoyables ou nous nous rendons forts. La quantité de travail à fournir est la même.

Carlos Castaneda

Il arrive que les grandes décisions ne se prennent pas, mais se forment d’elles-mêmes.

Henri Bosco

Qui se blesse soi-même ne se manque jamais.

Proverbe berbère

Je marche pour savoir où je vais

Goethe

Le cerveau en cause dans l’obésité

L’Humanité note en bref que « des chercheurs du CNRS ont publié, hier sur le site de la revue EMBO Journal, l’hypothèse que le cerveau pourrait être le siège du dérèglement initial conduisant à l’obésité mais aussi au diabète de type 2 et des maladies cardio-vasculaires ».

Le journal retient que « ces études menées sur la souris ont confirmé que certains de nos neurones contrôlent la prise alimentaire mais coordonnent également l’action des organes comme le foie, le pancréas ou les muscles afin d’optimiser l’utilisation des nutriments comme les lipides ou les glucides ». Le Monde remarque pour sa part que « des études avaient montré une association entre les concentrations de bisphénol A (BPA) dans les urines d'adultes et un risque accru d'obésité. Une nouvelle publication indique pour la première fois qu'il en est de même chez les enfants et les adolescents ». Le quotidien explique que « l'étude, conduite par Leonardo Trasande (université de New York) et publiée dans le JAMA, a passé en revue les données de 2 838 individus âgés de 6 ans à 19 ans. Les jeunes du quart de l'échantillon ayant les concentrations urinaires de BPA les plus élevées présentaient un risque plus que doublé d'être obèses par rapport à ceux du quart présentant les concentrations les plus basses (22,3% d'obèses chez les premiers et 10,3% pour les autres) ». Le journal relève que « selon les auteurs, l'alimentation - à travers les contenants alimentaires - apporterait 99% du BPA absorbé par les enfants d'âge préscolaire ». Le Monde note par ailleurs que « le lien suspecté entre BPA et obésité n'est pas le seul mis en évidence. A deux reprises, des travaux ont montré une corrélation entre les niveaux d'anxiété et des troubles de l'attention de jeunes enfants et leur exposition au BPA in utero ».

Date de la dépêche : 21 septembre 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : L’Humanité , Le Monde

Mentions légales