le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Je marche pour savoir où je vais

Goethe

Je ne m´attends pas à trouver un saint aujourd´hui. Si je pouvais seulement trouver un sage, je m´en contenterais.

Confucius

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

L'homme ne vit pas cent ans et se fait du souci pour mille.

Proverbe chinois

Ce dont vous avez besoin se présentera à vous si vous ne désirez pas ce dont vous n’avez pas besoin.

Nisargadatta Maharaj

Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots.

Pythagore

Toute libération juste n'affranchit pas seulement de quelque chose, mais aussi vers quelque chose.

Karlfried Graf Dürckheim

Tu ne changeras jamais les choses en combattant ce qui existe déjà. Pour changer les choses, construis un nouveau modèle qui rendra l’ancien obsolète.

Buckminster Fuller

On devrait attacher moins d'importance à ce que l'on va faire qu'à ce que l'on est.

Maître Eckart

L'ignorant n'est pas celui qui manque d'érudition mais celui qui se ne connaît pas lui-même.

Krishnamurti

La reprise du travail après un cancer, une nécessité épuisante

L’Humanité note sur près de deux pages que « retravailler après un cancer est sans doute un bon moyen de se reconstruire. La partie n’est pourtant pas gagnée d’avance : entre suivi de traitement, fatigue chronique et inégalité face à l’emploi, le rapport au travail ne peut plus être le même que celui qui précédait la maladie ».

Le quotidien remarque ainsi que « le travail reste un pilier de l’identité sociale, il représente un levier important de la reconstruction des patients », mais note que « réinvestir le monde du travail, au moins sur un plan psychologique, est une chose, la reprise effective en est une autre. La démarche est soumise à des différences de traitement, voire à des inégalités sociales ».
« Les travailleurs libéraux ont notamment la possibilité d’aménager leur temps de travail, quand les ouvriers ne disposent pas de leur propre rythme. […] De leur côté, les moins diplômés n’ont pas le même accès à la reconversion professionnelle et ne peuvent que continuer dans l’emploi occupé auparavant. Quand cela est encore possible »,
continue L’Humanité.
Le journal indique en outre qu’« une équipe de chercheurs a décidé de se pencher sur une question peu étudiée : travail et cancer, 5 ans après la reprise ».
Le quotidien explique que « Bernard Asselain, médecin au service épidémiologie des cancers à l’Institut Curie, a décidé de répondre à l’appel à projet lancé par la fondation ARC et l’Inca. La démarche, entamée aux côtés de 82 médecins du travail, sera financée à hauteur de 97 000 € par les deux organismes ».
« Examen des conditions de travail, des modalités de retour, de l’impact de la maladie sur l’emploi… Une variété d’angles qui sera éclairée de manière double, quantitative et qualitative »,
précise L’Humanité.

Date de la dépêche : 02 juillet 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : L'Humanité

Mentions légales