le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La folie est de se comporter toujours de la même manière et de s’attendre à des résultats différents.

Albert Einstein

J'aime mieux forger mon âme que la meubler.

Montaigne

Qui se blesse soi-même ne se manque jamais.

Proverbe berbère

Notre problème n’est pas que nous ne sachions pas faire les choses mais que nous ne savons pas ce que nous voulons.

Théodore Monod

Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots.

Pythagore

Si je veux enrichir mon esprit, je ne cherche pas les honneurs mais la liberté.

Rembrandt

Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi-même le chemin

Bouddha

Le meilleur en la vie est gratuit.

Albert Schweitzer

Le chute n'est pas un échec, l'échec est de rester là où on est tombé.

Socrate

La perfection est atteinte non pas quand il n'y a plus rien à ajouter mais lorsqu'il n'y a plus rien à retrancher.

Saint-Exupéry

La prière, une arme contre Alzheimer

C’est ce que titre Le Figaro, qui explique que « selon une étude menée conjointement en Israël et aux États-Unis avec un financement de l’Institut national de la santé américain, la prière constitue un antidote très efficace qui permettrait de réduire de moitié chez les femmes les risques de contracter la maladie d’Alzheimer ou d’être victimes de pertes de mémoire et de démence «légères» ».

« L’étude, lancée en 2003 auprès d’un échantillon de 892 Arabes israéliens âgés de plus de 65 ans, a été présentée récemment lors d’un colloque sur la maladie d’Alzheimer en Israël », précise le quotidien.
Le Figaro cite ainsi l’auteur principal de ce travail, le Pr Rivka Inzelberg (faculté de médecine de Tel-Aviv), qui indique que « dans l’échantillon choisi, 60% des femmes priaient 5 fois par jour, comme le veut la coutume musulmane, tandis que 40% ne priaient que de façon irrégulière ».
« Nous avons constaté, 10 ans après le début de l’étude, que les femmes pratiquantes du premier groupe avaient 50% de chances de moins de développer des problèmes de mémoire ou la maladie d’Alzheimer que les femmes du deuxième groupe »,
remarque la chercheure.
Le quotidien ajoute que « la prière, selon l’étude, a également une influence deux fois plus importante que l’éducation pour protéger les femmes contre cette dégénérescence cérébrale ».
Le Pr Inzelberg observe que « la prière est une coutume qui nécessite un investissement de la pensée, c’est sans doute l’activité intellectuelle liée à la prière qui pourrait constituer un facteur de protection ralentissant le développement de la maladie d’Alzheimer ».
Le Figaro relève que « les tests n’ont pas été effectués parmi les hommes de ce groupe dans la mesure où le pourcentage de ceux qui ne priaient pas n’était que de 10%, un taux insuffisant d’un point de vue statistique pour aboutir à des conclusions fiables ».
« L’enquête a également permis de confirmer que la probabilité de souffrir de la maladie d’Alzheimer est deux fois plus importante chez les femmes que chez les hommes. Parmi les autres facteurs de risque de présenter une démence de type Alzheimer, les chercheurs ont également retrouvé dans ce travail l’hypertension, le diabète, l’excès de graisses dans le sang et plus globalement les antécédents de maladies cardio-vasculaires »,
souligne le quotidien.

Date de la dépêche : 06 août 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales