le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L'essentiel n'est pas de faire nombre, mais d'être signe.

Jean Paul II

L’avenir, tu n’as pas à le prévoir, tu as à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry

Pour expliquer un brin de paille, il faut démonter tout l’univers

Remy de Gourmont

Ecouter, c’est être attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas lui donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s’en libérer.

Les gens ont toujours peur de la nouveauté. Pour faire du neuf, il faut se donner le droit à l'erreur.

Björk

Nous avons inventé la vitesse et nous tournons en rond.

Charlie Chaplin

L'homme est né libre, de ses penchants il se construit une prison, sans s'en rendre compte, il en devient prisonnier.

Khalil Gibran

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

Je ne m´attends pas à trouver un saint aujourd´hui. Si je pouvais seulement trouver un sage, je m´en contenterais.

Confucius

Il se pourrait qu’aucune pensée, si fugitive, si inavouée soit-elle, ne passe dans le monde sans laisser de trace.

Cesare Pavese

La mort subite du nourrisson est liée à la sérotonine

La Croix fait savoir que selon une étude parue dans le Jama, « le syndrome de la mort subite du nourrisson serait dû à une production insuffisante de sérotonine, une molécule clé pour réguler le système nerveux central ».

Le journal explique que des chercheurs américains du NIH (Institut national de la santé) « ont autopsié des nourrissons décédés, dont 35 de mort subite. Le cerveau de ces derniers sécrétait en trop faible quantité ce neurotransmetteur ».
« Ce niveau insuffisant diminuerait la capacité des nouveau-nés à réagir normalement en cas de diminution de l’oxygène ou de taux élevés de dioxyde de carbone accumulés en dormant sur le ventre »,
note le quotidien.
La Croix livre la réaction de Yehezkel Ben Ari, neurobiologiste à l’Inserm, qui remarque que « c’est une étude intéressante, […] mais qui nécessite d’être poursuivie pour pouvoir affirmer une parfaite relation de cause à effet ».
« En attendant, elle confirme l’intérêt de coucher les nouveau-nés sur le dos »,
retient le journal.

Date de la dépêche : 04 février 2010

Auteur : Laurent Frichet

Source : La Croix

Mentions légales