le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

Ce dont vous avez besoin se présentera à vous si vous ne désirez pas ce dont vous n’avez pas besoin.

Nisargadatta Maharaj

Il faut perdre la moitié de son temps pour pouvoir employer l’autre.

Locke

De la simplicité, de la simplicité, de la simplicité ! Oui, que vos affaires soient comme deux ou trois, et non cent ou mille.

Henry David Thoreau

Si quelqu’un me guérit et me retire mon mal, j’entends aussi qu’il me hisse au niveau de conscience que j’aurais atteint si j’avais moi-même résolu ce que ce mal devait m’apprendre. Sinon, s’il me laisse dans le même état de conscience après m’avoir retiré mon mal, il me vole l’outil de croissance que peut être cette maladie.

Yvan Amar

Il faut se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille

Napoléon Bonaparte

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

Changer le passé, les dieux eux-mêmes y sont impuissants.

Henri Heine

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

Nous nous rendons pitoyables ou nous nous rendons forts. La quantité de travail à fournir est la même.

Carlos Castaneda

La molécule du statut social

Cerveau&Psycho indique que « la neurobiologiste Diana Martinez et ses collègues de l'Université Columbia (Etats-Unis) ont découvert que les personnes ayant les plus fortes concentrations du récepteur de la dopamine dans le cerveau ont un statut social plus élevé que les autres ».

Le magazine rappelle que « cette molécule […] met en œuvre des circuits de neurones impliqués dans la motivation », puis note que « le statut social est évidemment une source de satisfaction importante puisqu'elle recouvre de multiples plaisirs : pouvoir, argent, relations sexuelles, présence d'un entourage ».
Cerveau&Psycho explique : « Il semble que les personnes ayant de plus fortes concentrations de récepteurs de la dopamine soient davantage motivées, car elles en retireraient un plaisir intense ».
« À l'inverse, les individus dont le cerveau est pauvre en récepteurs de la dopamine sont plus vulnérables à la consommation de drogues qui stimulent artificiellement les circuits de la dopamine : leurs circuits dopaminergiques sont naturellement trop discrets pour être satisfaits par les réalisations sociales
», ajoute le magazine.
Cerveau&Psycho retient ainsi que « étude confirme que le statut social est l'une des principales motivations dans l'espèce humaine, et que le rang assigné à un individu dans une société est peut-être en partie déterminé par ses concentrations naturelles de récepteurs de la dopamine ».

Date de la dépêche : 05 mars 2010

Source : Cerveau&Psycho

Mentions légales