le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots.

Pythagore

La pauvreté, c'est le maximum d'effort pour le minimum de résultat. La richesse, c'est le minimum d'effort pour le maximum de résultat

Pascal

Ce qui est maintenant prouvé ne fut jadis qu'imaginé.

William Blake

Toute libération juste n'affranchit pas seulement de quelque chose, mais aussi vers quelque chose.

Karlfried Graf Dürckheim

L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir mais à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry - Extrait de ses Mémoires du large

Si je veux enrichir mon esprit, je ne cherche pas les honneurs mais la liberté.

Rembrandt

Lorsqu'il y a dix pas à faire vers quelqu'un, neuf n'est que la moitié du chemin.

Jules Barbey d'Aurevilly

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

Il se pourrait qu’aucune pensée, si fugitive, si inavouée soit-elle, ne passe dans le monde sans laisser de trace.

Cesare Pavese

Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre.

Albert Einstein

La molécule du statut social

Cerveau&Psycho indique que « la neurobiologiste Diana Martinez et ses collègues de l'Université Columbia (Etats-Unis) ont découvert que les personnes ayant les plus fortes concentrations du récepteur de la dopamine dans le cerveau ont un statut social plus élevé que les autres ».

Le magazine rappelle que « cette molécule […] met en œuvre des circuits de neurones impliqués dans la motivation », puis note que « le statut social est évidemment une source de satisfaction importante puisqu'elle recouvre de multiples plaisirs : pouvoir, argent, relations sexuelles, présence d'un entourage ».
Cerveau&Psycho explique : « Il semble que les personnes ayant de plus fortes concentrations de récepteurs de la dopamine soient davantage motivées, car elles en retireraient un plaisir intense ».
« À l'inverse, les individus dont le cerveau est pauvre en récepteurs de la dopamine sont plus vulnérables à la consommation de drogues qui stimulent artificiellement les circuits de la dopamine : leurs circuits dopaminergiques sont naturellement trop discrets pour être satisfaits par les réalisations sociales
», ajoute le magazine.
Cerveau&Psycho retient ainsi que « étude confirme que le statut social est l'une des principales motivations dans l'espèce humaine, et que le rang assigné à un individu dans une société est peut-être en partie déterminé par ses concentrations naturelles de récepteurs de la dopamine ».

Date de la dépêche : 05 mars 2010

Source : Cerveau&Psycho

Mentions légales