le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Le bonheur dépend de nous seuls.

Aristote

C'est une absolue perfection, et comme divine, que de savoir jouir loyalement de son être.

Montaigne

Il faut toujours viser la lune car, même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles.

Oscar Wilde

Ce qui ne se trouve pas en nous ne nous contrarie pas.

Hermann Hesse

Le monde est un spectacle à regarder et non un problème à résoudre.

Jules de Gaultier de Laguionie

Une blessure écoute toujours plus, finalement, qu’une oreille.

Henry Bauchau

Souvent au lieu de penser on se fait des idées

Louis Scutenaire

D'abord ils vous ignorent, puis ils vous raillent, ensuite ils vous combattent, enfin vous gagnez

Gandhi

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite, C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nelson Mandela

La molécule du statut social

Cerveau&Psycho indique que « la neurobiologiste Diana Martinez et ses collègues de l'Université Columbia (Etats-Unis) ont découvert que les personnes ayant les plus fortes concentrations du récepteur de la dopamine dans le cerveau ont un statut social plus élevé que les autres ».

Le magazine rappelle que « cette molécule […] met en œuvre des circuits de neurones impliqués dans la motivation », puis note que « le statut social est évidemment une source de satisfaction importante puisqu'elle recouvre de multiples plaisirs : pouvoir, argent, relations sexuelles, présence d'un entourage ».
Cerveau&Psycho explique : « Il semble que les personnes ayant de plus fortes concentrations de récepteurs de la dopamine soient davantage motivées, car elles en retireraient un plaisir intense ».
« À l'inverse, les individus dont le cerveau est pauvre en récepteurs de la dopamine sont plus vulnérables à la consommation de drogues qui stimulent artificiellement les circuits de la dopamine : leurs circuits dopaminergiques sont naturellement trop discrets pour être satisfaits par les réalisations sociales
», ajoute le magazine.
Cerveau&Psycho retient ainsi que « étude confirme que le statut social est l'une des principales motivations dans l'espèce humaine, et que le rang assigné à un individu dans une société est peut-être en partie déterminé par ses concentrations naturelles de récepteurs de la dopamine ».

Date de la dépêche : 05 mars 2010

Source : Cerveau&Psycho

Mentions légales