le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La folie est de se comporter toujours de la même manière et de s’attendre à des résultats différents.

Albert Einstein

Il faut un obstacle nouveau pour un savoir nouveau.

Henri Michaux

Le courage n'est rien sans la sérénité.

Gandhi

Le hasard ne favorise que les esprits préparés.

Pascal

Pour expliquer un brin de paille, il faut démonter tout l’univers

Remy de Gourmont

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

Choisir son temps, c'est l'épargner.

Francis Bacon

Si mon esprit est loin, ce lieu l'est aussi.

Tao Yuanming

Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi-même le chemin

Bouddha

J’ai toujours su que pour réussir dans le monde, il fallait avoir l’air fou et être sage.

Montesquieu

La lumière peut traiter les parkinsoniens

Sciences et Avenir s’intéresse à une « piste inattendue mais tout à fait sérieuse : quelques équipes dans le monde utilisent la lumière pour traiter la maladie de Parkinson ».
Le magazine remarque ainsi que « l'intérêt thérapeutique de la luminothérapie de basse intensité (Low Level Light Therapy) vient d'être montré in vitro par une étude de l'université de Virginie (Etats-Unis) », dans la revue Molecular Neurodegeneration.
Sciences et Avenir explique que « dans cette affection neurologique dégénérative caractérisée par un déficit en dopamine, on savait que les mitochondries, réserves énergétiques de la cellule, ont un métabolisme ralenti ». « L'équipe de Patricia Trimmer a donc exposé pendant 2 heures des neurones à un rayonnement laser d'une longueur d'ondes de 810 nanomètres, le LLLT, selon une fréquence proche de l'infrarouge. Résultat : les auteurs ont noté un réveil des mitochondries ! », observe le mensuel.
Sciences et Avenir aborde une « autre approche », diagnostique, qui « repose sur la mise au point d'une imagerie fine qui mesure très précisément la teneur en fer des différentes régions cérébrales, bien avant que n'apparaissent les symptômes ».
Le magazine note qu’« une équipe de l'université de Keele (Grande-Bretagne) s'efforce de tirer le meilleur parti de la très performante lumière du synchrotron Diamond Light Source, accélérateur de particules situé dans l'Oxfordshire. Ce, afin de détecter précocement ces troubles neurologiques ».

Date de la dépêche : 24 septembre 2009

Source : Sciences et avenir, numéro 751

Mentions légales