le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Nous avons inventé la vitesse et nous tournons en rond.

Charlie Chaplin

Béni est celui qui a trouvé sa tâche. Qu’il ne cherche pas d’autre félicité.

Thomas Carlyle

La santé dépend plus des précautions que des médecins.

Bossuet

L´homme pressé cherche la porte et passe devant.

Goethe

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

Ce qui ne se trouve pas en nous ne nous contrarie pas.

Hermann Hesse

Il faut toujours viser la lune car, même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles.

Oscar Wilde

Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as

Koan Zen

L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être.

Henry Bauchau

La perfection est la tranquillité dans le désordre

Zhuangzi

La longévité s'inscrit sur le visage

Sciences et Avenir s’intéresse à une étude danoise parue dans le British Medical Journal, selon laquelle « la longévité s'inscrit sur le visage ».

Le magazine explique que les chercheurs « ont demandé à des participants d'estimer l'âge d'une cohorte de 1 826 jumeaux âgés de plus de 70 ans à partir de simples photos de leur visage. Sept ans plus tard, alors que 675 d'entre eux étaient décédés, les auteurs ont noté une relation significative entre l'âge perçu et l'espérance de vie ».
Sciences et Avenir note que « ceux dont l'âge avait été estimé inférieur à leur âge réel lors de l'examen des photos ont eu tendance à vivre plus longtemps ».
Le mensuel ajoute que « les auteurs ont apporté une preuve biologique de leurs travaux en étudiant les télomères des survivants, ces séquences d'ADN situées à l'extrémité des chromosomes et qui se raccourcissent en vieillissant ».
« Les plus longs se trouvaient bien chez ceux dont le visage avait gardé des caractères juvéniles »,
souligne Sciences et Avenir.
Le magazine relève que selon ces chercheurs, « l'âge perçu est un marqueur fiable du vieillissement..., du moins chez les plus de 70 ans ».

Date de la dépêche : 12 février 2010

Auteur : Laurent Frichet

Source : Sciences et Avenir, numéro 756

Mentions légales