le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Par l'attention les choses existent.

Dokhusho Villalba

Une mauvaise herbe est une plante dont on n'a pas encore trouvé les vertus.

Emerson

Le meilleur en la vie est gratuit.

Albert Schweitzer

La confiance est un élément majeur : sans elle, aucun projet n'aboutit.

Eric Tabarly

Que vaut une vie qui s’oublie pour en singer une autre ?

Patrick Chamoiseau

On surestime ce que l’on n’est pas et on sous-estime ce que l’on est

Malcolm Forbe

Sois calme et comprends, car tu te troubles et dans ta demeure intérieure tu atténues la lumière.

Saint Augustin

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité ; un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté.

Sir Winston Churchill

Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède

Saint-Augustin

Ne dis pas peu de choses en beaucoup de mots, mais dis beaucoup de choses en peu de mots.

Pythagore

Existe-t-il une mémoire endocrine?

Sciences et Avenir remarque qu’« à la manière du cerveau ou du système immunitaire, le système endocrinien possède une forme de mémoire servant par exemple lors de l’allaitement ».

Le magazine se penche ainsi sur les travaux de chercheurs de l’Inserm et du CNRS, parus dans Nature communications, qui « ont réussi à prouver, chez la souris, que le système endocrinien, composé des organes (ou glandes) qui secrètent des hormones, possède des capacités de mémorisation ».
Sciences et Avenir explique que les chercheurs « ont étudié les cellules endocrines qui régulent la lactation dans l’hypophyse par l’intermédiaire d’une hormone, la prolactine. […] Avant l’allaitement, ces cellules sont faiblement connectées les unes des autres. Avec les premières tétées, ces cellules commencent à s’organiser en réseau : elles communiquent entre elles et augmentent leur production de prolactine ».
Le magazine note que « 3 mois après le sevrage, ce réseau restait toujours opérationnel, comme s’il avait été mis en mémoire ».
Patrice Mollard, co-auteur de l’étude, indique ainsi que « par la suite, un même stimulus (tétée) entraînera une réponse plus coordonnée et plus efficace. Le réseau sécrétera plus de prolactine et provoquera à nouveau un accroissement de la production de lait ».
Sciences et Avenir précise cependant que « cette mise en réseau ne se produit pas si la puissance du stimulus de tétée est réduite. Chez les souris dont les portées sont souvent importantes (8 petits par portée en moyenne), si seuls 3 petits sont mis à la tétée, le stimulus est trop faible pour la déclencher ».
Le mensuel retient que « c’est la première fois que des chercheurs mettent en évidence une forme de mémoire dans un tel système », les auteurs de l’étude écrivant que cela « ouvre un champ des possibilités assez immense ».
« Nous pensons que cette découverte pourrait notamment s’appliquer à d’autres systèmes endocriniens tels que celui des cellules bêta pancréatiques [qui produisent l’insuline NDLR] et les cellules endocrines du tractus gastro-intestinal [qui régulent la sensation de faim NDLR] », 
ajoutent les chercheurs.

Date de la dépêche : 21 janvier 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Sciences-et-Avenir

Mentions légales