le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Toute libération juste n'affranchit pas seulement de quelque chose, mais aussi vers quelque chose.

Karlfried Graf Dürckheim

La gratitude n'est pas seulement la plus grande des vertus, c'est aussi la mère de toutes les autres.

Cicéron

La santé dépend plus des précautions que des médecins.

Bossuet

Le sage n’a aucune autre consistance que celle qui est dévolue au potier.

François Roustang

Le mental vit dans un cercle vicieux. Il crée lui-même les problèmes et essaie ensuite de les résoudre.

Swami Prajnanpad

De la simplicité, de la simplicité, de la simplicité ! Oui, que vos affaires soient comme deux ou trois, et non cent ou mille.

Henry David Thoreau

Il faut un obstacle nouveau pour un savoir nouveau.

Henri Michaux

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal.

Swami Prajnanpad

Accepter, ce n’est pas la même chose que s’adapter tant bien que mal. Il n’est aucune histoire si terrible, aucun accident du sort… dont la nature humaine, par patience ne puisse venir à bout.

Euripide

Si mon esprit est loin, ce lieu l'est aussi.

Tao Yuanming

Deux nouvelles études pointent la responsabilité du bisphénol A dans l’épidémie de diabète

Le Monde note en effet que « le BPA contribuerait bel et bien à l’épidémie mondiale de diabète de type 2 ». Le journal explique que « la première étude, publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, confirme, dans la population générale, le lien entre exposition au BPA d’une part, obésité et diabète de type 2 d’autre part ».

« La seconde, qui vient d’être rendue publique dans PLoS One, met en évidence in vitro le mécanisme par lequel de faibles doses de BPA peuvent favoriser le développement de cette maladie », ajoute le quotidien.
Le Monde note ainsi que « Tiange Wang et ses coauteurs du Shanghai Institute of Endocrine and Metabolic Diseases (Chine) ont mesuré l’imprégnation au BPA de 3.390 adultes. Ils ont classé en 4 groupes les sujets étudiés – des plus forts taux de BPA aux plus faibles – et ont relevé pour chacun des participants son indice de masse corporelle ».
« Résultat : les individus appartenant au groupe le plus imprégné ont, par rapport à la moyenne des 4 groupes, un risque accru de 50% d’être obèse et de 37% de présenter une résistance à l’insuline, un précurseur au diabète de type 2 »,
 indique le quotidien.
Le journal ajoute qu’« en restreignant les observations aux seuls sujets de corpulence normale, M Wang et ses coauteurs observent que le risque de diabète de type 2 est accru de 94% pour les plus imprégnés, par rapport au groupe dont les teneurs en BPA sont les plus basses ».
Le Monde se demande « par quels mécanismes ce lien entre diabète et exposition au BPA se noue-t-il ? »,puis indique que « Sergio Soriano (université Miguel Hernandez de Elche à Alicante, en Espagne) et ses coauteurs ont exposé in vitro des cellules pancréatiques de souris et d’humains aux concentrations de BPA couramment rencontrées dans la population générale ».
Le quotidien souligne que ces chercheurs « ont montré que ces cellules, lorsqu’elles sont exposées à de faibles doses de BPA, synthétisent plus d’insuline. […] Lorsque les cellules pancréatiques en sécrètent trop de manière chronique, l’insulino-résistance des tissus apparaît. […] La glycémie augmente et le diabète apparaît », rappelle le journal.

Date de la dépêche : 20 février 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Monde

Mentions légales