le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Savoir se contenter de ce que l'on a : c'est être riche.

Lao-Tseu

L’origine de toute joie en ce monde est la quête du bonheur d’autrui.
L’origine de toute souffrance en ce monde est la quête de son propre bonheur.

Shantideva

Il est peu et de réussites faciles, et d'échecs définitifs.

Marcel Proust

La santé se mérite, se gagne et se défend jour après jour par des méthodes prévues par la Nature et non par la médecine.

Hippocrate

Réserve une demi-heure chaque jour à la prière, sauf lorsque tu as beaucoup à faire. Dans ce cas prends une heure.

François de Sales

Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même

Confucius

Nous nous rendons pitoyables ou nous nous rendons forts. La quantité de travail à fournir est la même.

Carlos Castaneda

Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur sous forme de destin.

C.G. jung

De la simplicité, de la simplicité, de la simplicité ! Oui, que vos affaires soient comme deux ou trois, et non cent ou mille.

Henry David Thoreau

L'homme ne vit pas cent ans et se fait du souci pour mille.

Proverbe chinois

Des greffes de cellules souches pour soigner les diabétiques

Jean-Michel Bader aborde dans Le Figaro un « nouvel espoir dans le traitement du diabète insulinodépendant », à la suite de la publication des travaux du Pr Richard Burt et de son équipe, de la Northwestern University de Chicago (Etats-Unis), dans le Jama.

Le journaliste indique en effet que « grâce à une autogreffe de cellules souches prélevées dans leur propre moelle osseuse, 23 diabétiques volontaires ont pu se passer des piqûres quotidiennes d'insuline pendant 14 à 52 d'affilée ». « Un des diabétiques a même tenu plus de 4 ans sans injections, 4 patients pendant 3 années de suite et 3 autres pendant 2 ans », remarque Jean-Michel Bader, qui ajoute que « les 15 patients les plus récemment recrutés […] n'ont toujours pas besoin d'insuline 19 mois après l'intervention ».
Le journaliste retient l’« avantage premier de cette greffe : comme le patient reçoit ses propres cellules, il n'a pas à prendre un traitement immunosuppresseur à vie, […] ce qui permet d'éviter tout effet secondaire ».
Jean-Michel Bader observe toutefois que « l'étude est totalement pionnière et beaucoup de questions restent en suspens. On ne sait pas, par exemple, quelles cellules dans la moelle osseuse peuvent se différencier en cellules pancréatiques et être capables de produire de l'insuline ».
Le journaliste indique néanmoins que ce résultat « pourrait bouleverser complètement la recherche dans ce domaine ».

Date de la dépêche : 15 avril 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Mentions légales