le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite, C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nelson Mandela

L'essentiel n'est pas de faire nombre, mais d'être signe.

Jean Paul II

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

Il est peu et de réussites faciles, et d'échecs définitifs.

Marcel Proust

Qu’est-ce que le bonheur, sinon le simple accord entre un être et l’existence qu’il mène.

Albert Camus

La sagesse c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit.

Oscar Wilde

Je marche pour savoir où je vais

Goethe

Le plaisir se ramasse La joie se cueille Et le bonheur se cultive

Bouddha

Il faut un obstacle nouveau pour un savoir nouveau.

Henri Michaux

A l'hôtel de la décision, les gens dorment bien.

Proverbe persan

Des greffes de cellules souches pour soigner les diabétiques

Jean-Michel Bader aborde dans Le Figaro un « nouvel espoir dans le traitement du diabète insulinodépendant », à la suite de la publication des travaux du Pr Richard Burt et de son équipe, de la Northwestern University de Chicago (Etats-Unis), dans le Jama.

Le journaliste indique en effet que « grâce à une autogreffe de cellules souches prélevées dans leur propre moelle osseuse, 23 diabétiques volontaires ont pu se passer des piqûres quotidiennes d'insuline pendant 14 à 52 d'affilée ». « Un des diabétiques a même tenu plus de 4 ans sans injections, 4 patients pendant 3 années de suite et 3 autres pendant 2 ans », remarque Jean-Michel Bader, qui ajoute que « les 15 patients les plus récemment recrutés […] n'ont toujours pas besoin d'insuline 19 mois après l'intervention ».
Le journaliste retient l’« avantage premier de cette greffe : comme le patient reçoit ses propres cellules, il n'a pas à prendre un traitement immunosuppresseur à vie, […] ce qui permet d'éviter tout effet secondaire ».
Jean-Michel Bader observe toutefois que « l'étude est totalement pionnière et beaucoup de questions restent en suspens. On ne sait pas, par exemple, quelles cellules dans la moelle osseuse peuvent se différencier en cellules pancréatiques et être capables de produire de l'insuline ».
Le journaliste indique néanmoins que ce résultat « pourrait bouleverser complètement la recherche dans ce domaine ».

Date de la dépêche : 15 avril 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Mentions légales