le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

L’avenir, tu n’as pas à le prévoir, tu as à le permettre.

Antoine de Saint Exupéry

L´échec est le fondement de la réussite.

Lao-Tseu

Le courage n'est rien sans la sérénité.

Gandhi

Personne ne peut vous faire sentir inférieur sans votre propre consentement.

Eleonor Roosevelt

A l'hôtel de la décision, les gens dorment bien.

Proverbe persan

Il est peu et de réussites faciles, et d'échecs définitifs.

Marcel Proust

Balayer est un art en soi.

Gandhi

Se ménager du temps est nécessaire pour l’esprit. Pour l’esprit, il faut du temps perdu

Paul Valéry

Le hasard ne favorise que les esprits préparés.

Pascal

Celui qui se nourrit de rêves, le vent l'emporte.

Proverbe turque

Cancer du sein : plus de risques pour les mères qui font de gros bébés ?

L'Express relève en effet que « les femmes qui font des bébés de plus de 3,7 kg produiraient plus d'hormones connues pour favoriser le développement du cancer du sein », selon une étude américaine parue dans PLoS One.

Le magazine explique que « pour en arriver à cette conclusion, deux études ont été nécessaires. La première, menée sur un groupe de 410 femmes, suggère que celles qui ont donné naissance aux plus gros bébés encourraient un risque 2,5 fois plus élevé que les autres de développer un cancer du sein ».
« Afin de comprendre pourquoi, les chercheurs ont également suivi 24 000 femmes enceintes pour la première fois. Celles qui ont eu les plus gros bébés présentaient les plus forts taux d'estriol et de protéine plasmatique placentaire de type A »,
note L'Express.
Le magazine rappelle que « ces deux hormones ont été associées à un risque de développement du cancer : elles modifieraient le nombre de cellules souches dans le sein, ce qui engendrerait quelques années plus tard le développement d'une tumeur ».
L'Express retient que les auteurs de ce travail « estiment que cette découverte pourra jouer un rôle dans le dépistage du cancer. Les mères qui feront de gros bébés seront ainsi davantage surveillées et, le cas échéant, diagnostiquées plus tôt ».
Le Figaro évoque aussi cette information, et note que l'équipe de Radek Bukowski, de l'université du Texas, « avance l'hypothèse selon laquelle les hormones laisseraient une empreinte en modifiant le nombre de cellules souches dans le sein, conduisant quelques années plus tard au développement d'une tumeur ».
Le journal retient que « loin de considérer ces résultats comme une nouvelle inquiétante pour les mères de gros bébés, Radek Bukowski et ses collègues y voient plutôt l'opportunité de repérer les femmes auxquelles proposer un diagnostic précoce et des mesures de prévention. La naissance de l'enfant précède en effet de plusieurs décennies le diagnostic de cancer du sein ».
« Cela laisse du temps pour agir : arrêter de fumer, limiter sa consommation d'alcool, faire du sport, respecter une alimentation équilibrée mais aussi… choisir d'allaiter son enfant ou envisager d'en avoir un autre puisque tout cela est réputé protéger du risque de cancer du sein »,
conclut Le Figaro.

Date de la dépêche : 06 août 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : L'Express, Le Figaro

Mentions légales