le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Si je veux enrichir mon esprit, je ne cherche pas les honneurs mais la liberté.

Rembrandt

Ne pas chercher à ne pas souffrir ni à moins souffrir, mais à ne pas être altéré par la souffrance.

Simone Weil

La violence est ce qui ne parle pas.

Gilles Deleuze

D'abord ils vous ignorent, puis ils vous raillent, ensuite ils vous combattent, enfin vous gagnez

Gandhi

Le hasard ne favorise que les esprits préparés.

Pascal

Tout le monde croit que le fruit est l'essentiel de l'arbre quand, en réalité, c'est la graine.

Nietzsche

Celui qui est charnel l'est jusque dans les choses de l'esprit ; celui qui est spirituel l'est jusque dans les choses de la chair.

Saint Augustin

Le premier ennemi à combattre est à l'intérieur de soi. Souvent, c'est le seul.

Christine Orban

Ce qui ne se trouve pas en nous ne nous contrarie pas.

Hermann Hesse

Je sais et je sens que faire du bien est le plus vrai bonheur que le cœur humain puisse goûter.

Jean-Jacques Rousseau

Soigner l’AVC… en chantant

Sciences et Avenir s’intéresse à une « voie de soin [de l’AVC], la MIT, ou thérapie d’intonation mélodique, mise en œuvre par Gottfried Schlaug, neurologue à l’université Harvard, à Boston (Etats-Unis) ».

Le magazine observe que « lorsque l’attaque touche l’hémisphère gauche du cerveau, siège du centre de la parole, les victimes perdent leurs capacités d’élocution. Pourtant, certains de ces aphasiques sont capables de chanter ».
Sciences et Avenir indique ainsi que « lors d’une conférence à San Diego, [le chercheur] a présenté des cas de recouvrement de la parole… chantée ! Des patients incapables d’énoncer des mots intelligibles sont parvenus, après des séances d’entraînement, à chanter «happy birthday» ou à exprimer un besoin, tel que «j’ai soif» ».
Le mensuel explique que « les effets de la thérapie ont été étudiés grâce à l’imagerie cérébrale (IRM fonctionnelle). Gottfried Schlaug et son équipe ont montré que la musique stimule des zones du cerveau différentes de celles de la parole ».
Sciences et Avenir note que « s’il s’agit d’un discours énoncé, c’est l’hémisphère gauche qui est sollicité ; s’il s’agit d’une communication chantée, c’est l’hémisphère droit – et parfois les deux ».
Le magazine indique qu’« un essai clinique avec 30 patients aphasiques est en cours ».

Date de la dépêche : 27 avril 2010

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : Sciences et Avenir, numéro 758

Mentions légales