le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

Souvent au lieu de penser on se fait des idées

Louis Scutenaire

Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre.

Albert Einstein

Etudier sans méditer est vain. Méditer sans étudier est périlleux.

Confucius

J'aime mieux forger mon âme que la meubler.

Montaigne

Il n'y a pas d'autre bonheur que la paix.

Proverbe thaï

La Nature, pour être commandée, doit être obéie.

Francis Bacon

Celui qui est charnel l'est jusque dans les choses de l'esprit ; celui qui est spirituel l'est jusque dans les choses de la chair.

Saint Augustin

Réserve une demi-heure chaque jour à la prière, sauf lorsque tu as beaucoup à faire. Dans ce cas prends une heure.

François de Sales

L’espérance est un risque à courir

Georges Bernanos

Se faire mal fait moins mal

Pour la Science constate en effet que « selon une étude de l'Université de Pékin, une douleur que l'on s'inflige à soi-même est moins intense qu'une douleur imposée par autrui ». (Y. Wang et al., PloSOne, vol. 6, p. 23 536, 2011)

Le magazine explique que « des neurobiologistes ont demandé à des personnes de serrer dans le creux de leur main une poignée garnie de piquants. Ils ont évalué la douleur ressentie par ces personnes au moyen de questionnaires, constatant que la douleur éprouvée par ces sujets était moins forte que si quelqu'un d'autre appliquait la poignée sur la paume de leur main en exerçant la même pression ».
Pour la Science relève qu’« en observant l'activité du cerveau de ces volontaires par une méthode d'imagerie cérébrale, les neurologues ont constaté que l'activation de certaines zones clés dans la perception de la douleur diminue lorsque les personnes s'auto-infligent la douleur. Ces centres de la douleur – nommés cortex cingulaire antérieur ou cortex somatosensoriel – seraient inhibés par les mouvements que font les sujets quand ils serrent la poignée ».
Le mensuel note que « selon les auteurs, nos mouvements réduisent automatiquement les perceptions sensorielles liées aux conséquences de ces mouvements »

Date de la dépêche : 16 janvier 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Pour la Science

Mentions légales