le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre.

Albert Einstein

L'essentiel n'est pas de faire nombre, mais d'être signe.

Jean Paul II

Lorsqu'il y a dix pas à faire vers quelqu'un, neuf n'est que la moitié du chemin.

Jules Barbey d'Aurevilly

Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède

Saint-Augustin

La richesse consiste bien plus dans l’usage qu’on en fait que dans la possession.

Aristote

Ce qui est maintenant prouvé ne fut jadis qu'imaginé.

William Blake

Le plaisir peut s’appuyer sur l’illusion, mais le bonheur repose sur la réalité.

Chamfort

Pour aller de l’avant, il faut prendre du recul. Car prendre du recul, c’est prendre de l’élan.

Mc Solaar

J'aime mieux forger mon âme que la meubler.

Montaigne

Le chute n'est pas un échec, l'échec est de rester là où on est tombé.

Socrate

Parler de soi, une source de plaisir insoupçonnée

Le Figaro indique que « le fait de parler de soi aurait les mêmes effets que le sexe, la nourriture ou les drogues sur le cerveau en activant le circuit de la récompense », selon le Pr Jason Mitchell de l'université de Harvard (Etats-Unis), qui publie ces travaux dans les PNAS.

Le journal remarque que « les auteurs de l'étude ont constaté que nous passions 30 à 40% de notre temps de parole à informer les autres de nos expériences personnelles et à raconter une histoire dont nous étions le personnage central. Le Pr Mitchell et son ancienne étudiante en psychologie, Diana Tamir, se sont alors demandé pourquoi nous aimions tant parler de nous ».
Le Figaro note que « pour comprendre ce qui se passait dans notre cerveau, plusieurs expériences ont été menées sur des participants qui devaient notamment répondre à ces trois questions : 1) Á quel point aimez-vous les sports d'hiver comme le ski ? ; 2) Á quel point le président Barack Obama aime les sports d'hiver ? ; 3) Vrai ou faux ? Léonard de Vinci a peint la Joconde ».
« Le constat fut sans appel : quelle que fut la question posée, les participants finissaient toujours par répondre en fonction de leur expérience personnelle »,
relève le quotidien.
Le journal ajoute qu’« un autre test a confirmé cette tendance. Les chercheurs proposaient de rémunérer les participants qui parviendraient à parler d'un sujet éloigné de leur vécu. Certains ont préféré perdre de l'argent, juste pour le plaisir de parler d'eux, même quand le sujet de conversation ne s'y prêtait pas ».
Le Figaro retient que « d'après les chercheurs, cette irrésistible envie de parler de soi aurait une origine neurobiologique : le système de récompense. En scrutant le cerveau des participants qui parlaient d'eux-mêmes, les chercheurs ont observé une hausse de l'activité du système mésolimbique, une zone connue pour s'activer pendant les rapports sexuels ».
« Ainsi, quand une personne parle d'elle, cette partie du cerveau libère de la dopamine, une substance chimique liée aux sensations de plaisir et d'anticipation d'une récompense »
, poursuit le journal.

Date de la dépêche : 17 mai 2012

Auteur : Laurent Frichet

Source : Le Figaro

Mentions légales