le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La perfection est atteinte non pas quand il n'y a plus rien à ajouter mais lorsqu'il n'y a plus rien à retrancher.

Saint-Exupéry

On crée pour se compléter.

Henri Delacroix

Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même

Confucius

Le sage n’a aucune autre consistance que celle qui est dévolue au potier.

François Roustang

Si mon esprit est loin, ce lieu l'est aussi.

Tao Yuanming

"oui" et "non" sont les mots les plus courts et les plus faciles à prononcer, et ceux qui demandent le plus d’examen

Talleyrand

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n’écoute pas.

Victor Hugo

Faire un peu est mieux que ne rien faire. Faire un peu plus est mieux que faire un peu moins. Faire de son mieux et s'en réjouir reste l'essentiel.

Se ménager du temps est nécessaire pour l’esprit. Pour l’esprit, il faut du temps perdu

Paul Valéry

Mieux qu’un antalgique, la photo de l’être aimé

Libération relève que « des chercheurs de l’université de Los Angeles (Etats-Unis) ont montré […] que la douleur physique pouvait être réduite chez un cobaye… par la simple contemplation d’une photo de son (sa) petit(e) ami(e) ».

Le journal cite ainsi cette étude parue dans Psychological Science, et menée par Sarah Master, qui explique que « regarder des photos de l’être aimé peut activer des représentations mentales associées au sentiment d’être aimé et soutenu, ce qui peut suffire à atténuer l’expérience de la douleur ».
Les chercheurs ajoutent qu’« apporter des photos de son partenaire lors de procédures douloureuses peut être particulièrement utile si celui-ci ne peut être présent ».

Date de la dépêche : 01 décembre 2009

Auteur : Laurent Frichet

Source : Libération

Mentions légales