le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

La confiance est un élément majeur : sans elle, aucun projet n'aboutit.

Eric Tabarly

Méditer, c’est s’abriter dans le présent.

Fabrice Midal

Ecouter quelqu'un, c'est lui permettre d'entendre ce qu'il dit.

Jacques Salomé

Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre.

Albert Einstein

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

L’esprit cache, se voile des choses ; mais le corps sait, peut-être.

Henry Bauchau

Qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu'il mène.

Albert Camus

Il y a trois grands mystères de la nature : l'air pour l'oiseau, l'eau pour le poisson et l'homme pour lui-même.

Proverbe hindou

Tout ce que nous voyons pourrait aussi être autrement.

Ludwig Wittgenstein

Ecouter, c’est être attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas lui donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s’en libérer.

La retraite, c’est bon pour la santé

Le Monde remarque que « la mise en place de "tickets psy" visant à soulager le mal-être ou la souffrance des salariés au travail fait polémique ». « Fausse bonne idée ? », se demande le journal. Le Monde explique que « la souffrance psychique au travail peut se manifester sous différentes formes : stress, syndrome anxio-dépressif, ulcères, problèmes de sommeil, troubles psychosomatiques comme le mal de dos ».

« Elle peut conduire à l'alcoolisme, voire au suicide. Elle peut être générée par l'entreprise ou provenir de problèmes personnels amplifiés par les contraintes professionnelles », poursuit le journal.
Le quotidien rappelle que « face à cette souffrance, les employeurs ont des obligations », et s’interroge : « Mesure individuelle, le ticket psy risque-t-il de dédouaner l'entreprise de ses responsabilités à bon compte ? ».
Le Monde note que « c'est ce que craignent plusieurs organisations professionnelles ».
Le quotidien se penche sur une société de conseil spécialisée « dans le développement des conditions de qualité de vie au travail » qui « propose aux entreprises le service de thérapeutes », et qui pour sa part « assure que les sociétés qui demandent des tickets psy ont engagé en général un travail de prévention en amont ».
Le journal observe en outre que « le Conseil national de l'Ordre des médecins estime, quant à lui, que ce dispositif, contraire "au libre choix des praticiens" par les patients, n'est pas exempt de dérives ».
Piernick Cressard, neuropsychiatre et conseiller national de l'Ordre, remarque ainsi : « Si on détecte quelqu'un qui a des difficultés, va-t-on exercer des pressions pour qu'il consulte ? Le médecin du travail n'a pas besoin de ce dispositif pour remplir ses missions ».
Jean-Denis Fauxpoint, psychologue, déclare quant à lui : « C'est un outil intéressant en plus des actions de prévention. Et si je percevais un problème lié à l'entreprise elle-même, je n'hésiterais pas à alerter le médecin du travail ».

Date de la dépêche : 09 novembre 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : Le Parisien

Mentions légales