le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Le sage ne s’afflige jamais des maux présents, mais emploie le présent pour en prévenir d’autres.

W. Shakespeare, Richard II

L'homme est né libre, de ses penchants il se construit une prison, sans s'en rendre compte, il en devient prisonnier.

Khalil Gibran

Ecouter, c’est être attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas lui donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s’en libérer.

Peu importe si le début paraît petit

Henri David Thoreau

L´échec est le fondement de la réussite.

Lao-Tseu

La santé dépend plus des précautions que des médecins.

Bossuet

Tout le monde croit que le fruit est l'essentiel de l'arbre quand, en réalité, c'est la graine.

Nietzsche

Vivre simplement pour que simplement d'autres puissent vivre

Gandhi

Accepter les dépendances que nous impose la nature, c’est la sagesse, les aimer, c’est le bonheur.

Bernard Grasset

Le monde est un spectacle à regarder et non un problème à résoudre.

Jules de Gaultier de Laguionie

La dépression postnatale touche de 15 % à 20 % des mères

Le Monde constate à son tour que « la dépression du post-partum touche 15% à 20% des mères et peut affecter toutes les femmes ; mais moins de 2% consultent un psychologue ».

Le journal se penche sur le travail de l’équipe d'Allo Parents Bébé, un « numéro vert, anonyme et gratuit, qui aide à la relation parents-bébés » et qui « a reçu 9 000 appels depuis sa création », en février 2008, par l'association Enfance et Partage. Le Monde indique que « dans 50% des cas, l'appelant est une jeune mère de moins de 30 ans, dont le bébé est son premier enfant.
De 20% à 25% des appels sont de véritables appels de détresse de parents dépassés par l'arrivée de leur bébé dans leur vie ». Le quotidien observe que « lors d'une dépression, la mère ne fait, en général, pas attention au bébé. Il est donc doublement important de la déceler. Troubles du sommeil, très grande fatigue, impression de ne pas être capable, pas ou peu d'attachement au bébé... sont autant de signes qui doivent alerter ».
« Elles n'en parlent ni au père, ni à leurs parents, ni à leurs proches, ni même à la maternité, où la dépression se déclare rarement, d'autant plus que les séjours après l'accouchement sont de plus en plus courts », poursuit Le Monde.

Date de la dépêche : 24 juin 2009

Auteur : Laurent Frichet - TSAVO PRESSE

Source : Le Monde

Mentions légales