le journal de la santé naturelle et globale

inscription
à la Newsletter...

Si tu cherches la vérité au dehors de toi, elle s'éloignera de plus en plus.

Tung-Shan

L’origine de toute joie en ce monde est la quête du bonheur d’autrui.
L’origine de toute souffrance en ce monde est la quête de son propre bonheur.

Shantideva

C'est une folie que de vouloir guérir le corps sans vouloir guérir l'esprit.

Platon

Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint.

Montaigne

William Shakespeare

Qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un être et l'existence qu'il mène.

Albert Camus

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite, C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nelson Mandela

Il faut se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille

Napoléon Bonaparte

Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même.

Kierkegaard

Etudier sans méditer est vain. Méditer sans étudier est périlleux.

Confucius

Dépression : une seule solution, la méditation

Le Point consacre 3 pages à une découverte de Jon Kabat-Zinn, professeur en biologie moléculaire au MIT et bouddhiste, devenue « 30 ans plus tard […] une thérapie : le MBSR, «mindfulness-based stress reduction», ou la réduction du stress fondée sur la pleine conscience ».
Le magazine relève que « 200 hôpitaux américains la pratiquent », indique que « l’apprentissage de cette méditation en pleine conscience dure 8 semaines », puis note que la méthode « assure avoir des effets concrets sur nos corps malades et nos esprits épuisés par les ruminations et les ronchonneuments ».
« Sa pratique régulière réduirait le stress, l’anxiété et […] elle permettrait aux dépressifs de ne pas rechuter », continue Le Point.
L’hebdomadaire rappelle en effet que « si la dépression, mal endémique de nos sociétés, se guérit à coups de médicaments en quelques semaines, elle a pour funeste particularité de revenir frapper là où elle a déjà fait son nid ».
Le magazine cite notamment le psychiatre Christophe André, qui explique que « des études de neuro-anatomie indiquent que la méditation transforme durablement la manière dont notre cerveau traite les émotions désagréables. Elle développe les émotions positives, nous habitue à une acceptation bienveillante du monde ».
Le spécialiste « rappelle que les effets bénéfiques n’interviennent que si la pratique est assidue », observe Le Point. L’hebdomadaire cite toutefois l’agence américaine pour la recherche sanitaire (AHRQ), qui remarque que « pour les effets cliniques, les faits scientifiques probants sont absents ».

Date de la dépêche : 24 septembre 2009

Auteur : Laurent Frichet -TSAVO PRESSE

Source : Le Point, numéro 1930

Mentions légales